facebook « Hey Blondin tu veux que je te dise... »
« Hey Blondin tu veux que je te dise... »

« Hey Blondin tu veux que je te dise... »

CREATIVE ROOM

Bizarreries

« Hey Blondin tu veux que je te dise... »

Contribuer

Blondie, Sunday Girl (French version), (Chris Stein), Chrysalis, 1978.

Blondie, Sunday Girl, version française

 

On a tellement l’habitude d’entendre des français chanter de l’anglais en yaourt que l’inverse est rafraîchissant. Debbie Harry avait déjà entonnés quelques mots en français à la fin de Denis, sur l’album Plastic Letters (1977), mais cette fois c’est une chanson entière. Bien sûr, la version française de Sunday Girl ne figure pas sur l’album le plus emblématique de Blondi, Parallel Lines (1978), simplement sur la face B du 45 tours, mais c’est déjà pas mal.

 

On ne comprend pas un mot de ce qu’elle raconte, surtout dans les couplets, mais est-ce si important ? Ce qui compte, c’est l’intention, l’énergie, l’esprit post-punk du morceau. Mieux vaut une version yaourt assumée par l’interprète original plutôt qu’une version effectuée du bout des lèvres par un tâcheron sans talent et de peu d’envie. Et puis ce n’est qu’une face B après tout, que personne n’écoute jamais vraiment à part certains petits curieux.

 

Hey Blondin

 

Pour la petite histoire, le groupe Blondie s’est formé à New-York à la fin des années 70 autour du couple Debbie Harry/Chris Stein, et a ensuite fait les belles heures du CBGB, club rock historique, avec Television, Ramones, Patti Smith. Il paraît que c’est un client qui, voyant passer la chanteuse à travers la salle, les cheveux presque blancs à force d’être blonds, aurait crié : « Hey Blondie ». Le nom a été adopté. Comme Debbie Harry est la chanteuse et la seule femme du groupe, on pense souvent à tort que c’est elle Blondie, mais il s’agit d’un vrai groupe, avec une réelle unité, pas d’un leader et son backing band.

 

La belle et la bête

 

La chanteuse a raconté qu’un soir en rentrant chez elle après le boulot, un type s’était arrêté à sa hauteur en voiture et avait insisté pour la raccompagner. Elle est montée. Quelle idée… ? Assez vite, l’homme lui a paru étrange et inquiétant. Elle lui a demandé de la laisser descendre. Pas de réponse. Elle a voulu ouvrir la portière. Bloquée. Finalement, elle a réussi passer le bras par la fenêtre et ouvrir de l’extérieur. Elle s’est alors éjectée de la voiture en pleine course. Bien des années plus tard, elle a découvert que l’homme qui l’avait quasiment enlevée n’était autre que le tueur en série Ted Bundy, auteur de plus de trente meurtres de jeunes femmes.

 

Le récit de Debbie Harry a par la suite été contredit par des experts affirmant que le tueur en série n’était pas à New-York au moment présumé des faits. Difficile de savoir qui croire. La chanteuse peut mentir ou se tromper dans la date, les experts également. Toujours est-il que le monde aurait été sensiblement différent si Debbie Harry avait été tuée avant même d’avoir eu la chance de commencer à chanter. Dans une réalité parallèle (en face B, dans une version alternative), c’est ce qui s’est passé.

 

Ici la chanson en VO, et pour la version française.

5
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
5
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink
Contribuer
Prolonger le voyage dans l'univers Musique
Les Choristes
Les Choristes

Sabine Guérin, Je ne fais pas là où on me dit de...(Lavoine-Grillet/Aboulker-Stive), Polydor, 199...

Benjamin Mimouni
2 min
Coup de chance
Coup de chance

Pas la peine de se perdre dans les détails, mais il arriva qu’un soir d’automne l’an dernier nous nous retrouvâme...

Joseph-Marc Francois
3 min