La Fiancée du pirate

La Fiancée Du Pirate

CREATIVE ROOM

Bizarreries

La Fiancée Du Pirate

 

Pas de nom de famille, juste un prénom, Sarah, et une discographie limitée à un 45 tours en 1978, soit deux chansons : Peut-être bien que j’t’aime et Pour le café reviens demain.

La chanteuse est assise au piano, échevelée, en robe blanche, surexposée comme une biche prise dans les phares d’une voiture, elle fixe l’objectif, les yeux écarquillés. Elle a les doigts plaqués sur le clavier. Sur le piano, on voit l’album Burnin’ des Wailers, comme si Sarah cherchait à revendiquer quelque chose, mais difficile de savoir quoi. Au dos de la pochette, il y a six petites vignettes, dans lesquelles on voit la chanteuse poser et faire la folle, jouer à la poupée, déguisée façon cabaret ou safari, et un texte lunaire signé Boris Bergman, co-auteur de Pour le café reviens demain. Bergman est un parolier reconnu, qui a notamment signé des textes pour Alain Bashung, et pas des moindres : Gaby oh Gaby et Vertige de l’amour, les premiers grands succès du chanteur. On se demande un peu ce qu’il est venu faire ici :

 

« Fiancée du Pirate, échappée d’un opéra à 3 sous pour attérir (sic) sur une Carthage de carton pâte, elle vous fera une danse des 7 voiles en vous tirant son irrévérence, ainsi soit-elle ».

 

La face A est encore assez classique et plutôt sympathique, même si les chœurs sur le refrain partent déjà un peu partout et laissent présager le grand n’importe quoi, qui arrivera sitôt le disque retourné. Dans Pour le café reviens demain, Sarah ne chante plus vraiment, elle cliquette comme une poupée désarticulée, perchée, très haut dans les aigus. Et les paroles sont à l’avenant, truffées de jeux de mots bizarres :

 

« Mon doux Guesclin je suis ton serf »

 

« T’as le don qui choque moi le sang chaud »

(Où sont passés les moulins?)

 

« Alexandre mon coq errant »

 

Il y a quelques astuces d’écriture un peu faciles et sans conséquence :

 

« Tu es miso, je suis maso »

 

«Tu es Zorro, je suis zéro »

 

« Toi le jobard, moi la barjo »

Le second (barjo) n’étant que le verlan du premier qui s’est démocratisé au point de supplanter le terme d’origine, mais le même mot donc, quoi qu’il en soit)

 

On trouve aussi des allusions scabreuses :

 

« Sus au dragon, vas-y mon prince

Viens donc investir mes provinces »

 

Une référence aux grands classiques de la chanson :

 

« Tu sens si bon le sable chaud »

(Mon légionnaire, Édith Piaf)

 

Mais la palme revient tout de même au refrain, génial évidemment :

 

« Accroche-toi Ben Hur

Sur mon tempo bats la mesure

Arrête ton char Tarzan

Tu vas te planter y a du vent ».

 

Si on prend la seconde partie de ce refrain seule, cela n’a aucun sens : « Arrête ton char Tarzan »… Tarzan se promène sur des lianes, de branche en branche, en slip et en criant, pas sur un char. C’est bien l’évocation de Ben Hur dans la phrase précédente qui va légitimer et donner du sens à la suite. C’est plutôt malin et subtil comme écriture, contrairement à ce qu’on pourrait croire. Les dérapages sont contrôlés, et cela contribue au grand bazar qu’est cette chanson… bizarre.

 

Morceau à écouter ici

3
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
3
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink
Contribuer
Prolonger le voyage dans l'univers Musique
Iron Man
Iron Man

Max Romeo, War Ina Babylon, une production Lee « Scratch » Perry de 1976.

Benjamin Mimouni
3 min
« Vivre vite, mourir jeune »
« Vivre vite, mourir jeune »

Michel Chevalier, James Dean, Bruce Lee (A. Lexter, R. Vincent, Ch. Level, G. Aber), Aber Disc’, 1975. &...

Benjamin Mimouni
2 min
Dans les pas d'Alain Péters
Dans les pas d'Alain Péters

Un grand artiste disparaissait C'était il y a 25 ans, le 12 juillet 1995, Alain Péters succombait à une attaque ca...

Benjamin Mimouni
9 min