Le jardin du 4 Août

Le jardin du 4 Août

CREATIVE ROOM

Le matin au jardin

Le jardin du 4 Août

Contribuer

Le jardin du 4 Août 

Tout n’est pas rose dans un jardin. Il y ici des malades, des agressés, des morts. C’est la vie qui œuvre comme elle œuvre aussi chez les bêtes et les hommes. Et si tout était simple et positif, ça se saurait. 
Les céleris-branches ont de drôles de têtes. Certains jaunissent et moi qui évoquais récemment leur solidité, aujourd’hui me feraient-ils mentir ? Les céleris-raves, qui sont dans la plate-bande voisine, ne sont guère plus fiers. L’un d’eux est pourri et ses branches desséchées traînent lamentablement sur le sol. tout cela est à surveiller de très près car l’an passé, les céleris-branches avaient été attaqués en septembre, par une maladie ou un parasite qui formait des galeries brunes et nous avions perdu la moitié de la récolte. Cette année je vais les cueillir plus tôt - d’autant que les cœurs sont beaux - et les blanchir pour les mettre au congélateur. Le cœur et le blanc des branches, cuits puis mêlés à une sauce blanche avec du gruyère, dans un plat, le tout recouvert d’une fine panure de biscotte écrasée fait, au four, un gratin de choix.  Je sauverai donc, cette année, mes céleris-branches ! 
juste à côté, les chicorées montent en graines. Houla, voilà qui n’était pas prévu. pourrons-nous tout de même les couper et les mettre en pot dans notre grange pour qu’elles deviennent des endives ? 
Un potager est à surveiller. Les choses parfois peuvent se dégrader très vite, comme surgirait une grippe ou un rhume, sans donner forcément de signes avant-coureurs. Il faut être un peu médecin, avoir l’œil, observer et savoir que prévenir vaut toujours mieux que guérir, lorsque c’est possible, évidemment.

Et puis ne pas s’imaginer que rien ne viendra troubler le jardin.
Un jardin doit être troublé, car ce qui est troublé est vivant...
Ce que je dis là vous trouble ?
Soyez heureux, vous êtes vivant ! 

la gaillarde conteuse