Le jardin du 1er Août

Le jardin du 1er Août

CREATIVE ROOM

Le matin au jardin

Le jardin du 1er Août

Contribuer

Je suis enfin arrivée à photographier un monstre poilu. Entendez par ce nom un insecte du genre gros bourdon, bleu marine et poilu que nos enfants, petits, avaient baptisé « monstre poilu. » Ce qui lui allait fort bien, car il est gros et que son bourdonnement est fort et grave. Mais aujourd’hui, pour vous en parler, j’ai fait quelque recherche et je peux vous dire que c’est un Xylope, de l’ordre des hyménoptères. Quand je l’ai entendu, je lisais sur un banc à l’ombre, tout près d’une passiflore. Il s’est posé sur une de ses fleurs et sa teinte bleue, si joliment assortie à la fleur m’a enchantée. Ça y est, j’ai de lui un portrait, je suis contente !

 

Et voici la fin de l’histoire de Jack...

L’ogre était assis dans un fauteuil... il tenait sur ses genoux une guitare en or, décidément ! Et cet instrument tout en or avait une âme en or et il en sortait des mélodies et des paroles qui auraient enchanté les monstres les plus monstrueux de toutes les histoires, s’ils avaient été là.

L’ogre cette fois sentit l’odeur du garçon, il appela sa femme et tous les deux fouillèrent l’armoire, sûrs de le trouver dedans. Mais l’autre sortit de sous la bassine de cuivre, discrètement, vola cette guitare qui lui faisait envie et courut comme si sa vie en dépendait. Et de fait sa vie en dépendait, car les deux autres lui couraient derrière, le long de la route, ils se rapprochaient bien et en glissant sur la tige Jack les entendit se glisser après lui. Sa mère était à fendre du bois - quelle chance - Jack lui arracha la hache puis il coupa rageusement la tige filandreuse et là, dans le jardin minuscule, on vit s’écraser :

L’orgre de trois tonnes qui éclata comme un vulgaire sac de grains

La géante, molle comme une courge pourrie, qui s’étala sur le fumier

La route blanche qui tomba d’un coup sec en glissant comme un ruban de soie

Le palais, qui ressemblait soudain à une pièce-montée de mariage, tout en choux à la crème, avec des dessins de sucre rouges et bleus !

Ce gâteau-là Jack et sa mère le mangèrent, avec tous leurs voisins, il était délicieux.

J’étais à cette fête. Nous avons passé une soirée d’enfer et vous me croirez si vous voulez, la poule aux oeufs d’or est un vrai prodige, je l’ai vue, c’est vrai, mais si un jour vous avez l’occasion d’entendre la guitare de Jack, vous n’oublierez jamais, jamais ça. 


Le plus magique dans cette histoire

Je vous le dis, c’est cette guitare

Allez mes amis, si ce conte s’arrête là 

Pour Jack l’abondance ne s’arrêtera pas

Sachez que les paresseux 

Sont bien-aimés des dieux 

 

Behold a wonder here

Love hath receiv’d his sight

Which Many  hundred years

Hath not beheld the light

 

la gaillarde conteuse

0
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
0
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink
Contribuer
Prolonger le voyage dans l'univers Environnement
Le jardin du 9 Août 
Le jardin du 9 Août 

Aujourd'hui pas de mots Mais un bouquet de fleursPour vous la gaillarde conteuse 

Patricia Gaillard
1 min
Le jardin du 8 Août
Le jardin du 8 Août

Le petit chêne revit. Il est guéri et donne une multitude de feuilles nouvelles, d’un vert-rosé brillant. Aujourd...

Patricia Gaillard
1 min
Le jardin du 6 Août
Le jardin du 6 Août

La magie des engrais verts   Je vais vous parler aujourd’hui et de l’engrais vert qui porte bien son nom car c&rs...

Patricia Gaillard
1 min
Le jardin du 5 Août
Le jardin du 5 Août

réflexion d’un petit mercredi soir..  Fréquenter les plantes c’est réapprendre à ê...

Patricia Gaillard
1 min