facebook Le jardin dormant du 17 Octobre
Le jardin dormant du 17 Octobre

Le jardin dormant du 17 Octobre

CREATIVE ROOM

Le matin au jardin

Le jardin dormant du 17 Octobre

Contribuer

Le jardin dormant du 17 Octobre

 

Nous entrons dans la saison de sommeil du jardin potager. Voilà pourquoi ce « jardin dormant. »

Ce n’est pas qu’il ne s’y passe rien, mais à présent il n’y aura plus de semis ni de plantations. Les légumes racines, céleris, betteraves, persil tubéreux, navets, carottes, vont être recouverts d’une couche de feuilles, dès que celles-ci seront tombées. Ils seront ainsi protégés du gel et pourront être sortis de terre au fur et à mesure de l’hiver, selon nos besoins. Le persil lui, résiste bien et puis j’en ai fait sécher, car sec il conserve la quasi totalité de ses vitamines. Les tomates, dahlias et autres fleurs arrivent à leur fin, ils freinent des deux pieds, mais bon... Les tubercules des dahlias seront sortis de terre et resserrés dans notre cave voûtée, de terre battue... pas loin du vin... qui vieillit tranquillement en attendant des temps meilleurs.

La phacélie restera en place jusqu’au printemps et grâce à elle le sol ne restera pas nu, puis elle épousera la terre et l’enrichira de ses substances.
En novembre nous taillerons arbres, arbustes, vivaces et plantes aromatiques. ​​​​​​​

La salade et la roquette sont encore belles, et bonnes, mais elles craignent le froid. La mâche, qui les remplacera, n’a pas bien germé cette année, il y en a peu. Tant pis. Nous mangerons d’autres choses. Les épinards sont clairsemés, mais il y en a. 

Aléatoire... voilà le mot qui définit bien un potager.

Aléatoire... il nous apprend ainsi à faire avec ce qu’il y a et à nous passer de ce qu’il n’y a pas.

Une leçon de vie en somme.

Le petit chêne pousse bien, bien qu’il soit encore malade. Avec ses taches blanches, il manque juste de vert et de brillant. Qu’importe, il est beau et vivant. 

Et le frêne Yggdrasil, immense et noble au bord de la rivière, veille, comme les gargouilles, sur le petit domaine qui lentement s’endort...

la gaillarde conteuse

1
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
1
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink
Contribuer
Prolonger le voyage dans l'univers Environnement
UNE BÊTE FÉROCE
UNE BÊTE FÉROCE

J'aimerais tellement que mon chien me parle. C'est la maîtresse de Bandit qui, à un moment donné, nous lance &ccedi...

André De Chateauvieux
4 min