facebook Police (1985) Maurice Pialat
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Police (1985) Maurice Pialat

Police (1985) Maurice Pialat

Publié le 17 janv. 2021 Mis à jour le 17 janv. 2021
time 2 min
CREATIVE ROOM

Fondu enchaîné

Le flic est un homme comme les autres

Ce qui rend le cinéma de Maurice Pialat si attachant c’est son caractère absolu. Quand il raconte les tribulations d’un enfant de la D.D.A.S.S. (L’enfance nue) ou une chronique de l’adolescence ordinaire (À nos amours), son but est d’atteindre à la vérité, sans artifice aucun. Même dans un film de genre comme Police on sent la volonté de décrire des situations brutes, d’une manière quasiment naturaliste.

La seule concession qu’il fera dans Police, qui s’avèrera payante puisque c’est un de ses plus gros succès, c’est un casting réunissant quelques unes des plus grandes têtes d’affiches du moment, Gérard Depardieu et Sophie Marceau en tête. Le scénario classique nous montre Mangin, un policier solitaire et un peu bourru qui enquête sur un trafic de drogue. Ce qui l’amène à rencontrer Noria, la copine du caïd, une fille un peu paumée qui s’enferre dans ses mensonges. Une drôle de relation va naître entre ces deux là.

La première partie de Police est très bien amenée. À coup d’interrogatoires musclés et des petites humiliations quotidiennes, on suit la vie du commissariat de quartier dans lequel travaille Mangin. C’est efficace et sans parti-pris aucun, on sent que Xavier Beauvois s’en est sans doute inspiré vingt ans plus tard pour son très juste Petit Lieutenant. La seconde partie est par contre un brin moins réussie. Maurice Pialat s’empêtre dans une histoire d’amour où on ne le sent pas à l’aise et qui plombe un peu le récit.

Pourtant la description du cadre général de l’intrigue est assez bien foutue : entre un avocat véreux et pas très efficace (Richard Anconina un poil en deçà des autres acteurs) et la connivence insidieuse qui s’établit entre les différents acteurs du drame qui se joue, Police met le doigt judicieusement sur un appareil d’état parfois vérolé. Seulement quelques longueurs grèvent le film qui, malgré une interprétation solide de Gérard Depardieu mais aussi d’une Sophie Marceau enfin débarrassée de son côté maniéré, laisse finalement un goût d’inachevé, comme si Maurice Pialat, à force de vouloir romancer son propos, n’arrivait pas à aller au bout de son discours.

0
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
0
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Showgirls (1995) Paul Verhoeven
Showgirls (1995) Paul Verhoeven

Le prix du féminisme selon Paul Verhoeven En plus des nombreux polars qui ont émaillé la décennie, les ann&...

Jean-Philippe Rathle
4 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur