Vie de Gérard Fulmard

Vie De Gérard Fulmard

Partager

Vie de Gérard Fulmard, Jean Echenoz, Minuit, 2020

La chute d'un "gros fragment de satellite soviétique obsolète" sur un centre commercial d'Auteuil va chambouler la vie de Gérard Fulmard "né le 13 mai 1974 à Gisors (Eure)", et donc, par le fait, sans doute le plus jeune Gérard de France. "Taille : 1,68m. Poids : 89kg. Couleur des yeux : marron".

Cette chute tombe mal si je puis m'exprimer ainsi car elle supplante en partie l'enlèvement de Nicole Tourneur, la femme du président du FPI (Fédération Populaire Indépendante), petit parti politique qui vivote entre la droite, la gauche et le centre, c'est dire s'il ne sait où se placer.

C'est à la liseuse que j'ai savouré ce roman de Jean Echenoz, un moyen que je n'aime pas beaucoup, rien ne vaut le papier, mais il faut avouer que c'est pratique et moins cher. Je disais donc que j'ai savouré. De bout en bout. J'aime tout chez cet écrivain. Ses histoires et ses personnages et son style, son ton. Son histoire part un peu dans tous les sens et l'on se demande comment Gérard Fulmard pourra être mêlé à la disparition de Nicole Tourneur, mais tout fonctionne. Il faut dire qu'avec pas mal de fantaisie, d'espièglerie, Jean Echenoz nous fait croire à tout ce qu'il écrit. Et ses personnages, Gérard Fulmard en tête ; qui peut résister à ce portrait : "... je ressemble à n'importe qui en moins bien. Taille au-dessous de la moyenne et poids au-dessus, physionomie sans grâce, études bornées à un brevet, vie sociale et revenus proches de rien, famille réduite à plus personne, je dispose de fort peu d'atouts, peu d'avantages ni de moyens." (p. 17)

Mais ce qui me plaît le plus c'est l'écriture de Jean Echenoz. Ça se joue à rien, un mot inversé dans la phrase, une figure de style qui change tout, un mot rare, juste comme ça, sans affèterie, juste pour le style, qui peut être suivi d'un terme familier voire argotique, un ton entre l'ironie, la drôlerie, le décalé. Ses nombreuses parenthèses, "c'est toujours le même problème avec les parenthèses : quand on les ferme, qu'on le veuille ou non, on se retrouve dans la phrase...", n'alourdissent pas le texte, elles l'enjolivent. Quand je dis que le style Echenoz est simple, évidemment n'entendez point que n'importe qui le pourrait imiter, la simplicité demande souvent beaucoup de travail et du talent.

Excellent, je me demande même si je ne vais pas aller me procurer la version papier.

Toutes mes ecensions sur mon blog http://www.lyvres.fr/