facebook Le permis de conduire

Le permis de conduire

Contribuer
 
 
Quelque part en Guinée Conakry

Je viens de faire un tour en bécane cet après midi. J'ai regardé les différentes catégories de permis en étudiant les usagés ainsi que leur pratique du code de la route :

 

En haut de la chaîne alimentaire il y a le permis poids lourd.
Généralement obtenu au volant d'une camionnette et qui permet de conduire un camion de 33 tonnes reconvertit en 50 tonnes appelé "Gros porteur".
Ce type d'attelage marche généralement en crabe et prend les 3/4 de la route. Les ailes déboulonnées d'un antique Mercedes 2624 ou d'un Berlier de 1960  battant au gré des cahots de la route lui donnent un air d’ancêtre de la Batmobile.

Il est conduit par de jeunes "s'en fout la mort" et sont protégés par le fameux gris-gris "Max Meynier" qui les immunise contre tout accident mortel et autres maléfices pouvant leur arriver. Les arbres traversant la route ne sont pas rares dans ces mystérieuses contrées ainsi que les sorts lancés par une épouse jalouse ou des confrères envieux.
Cependant, il ne protège pas les autres usagers des dommages créés par le détenteur du gris-gris; c'est comme qui dirait une assurance au tiers inversée.
Défoncé aux amphétamines Nigériannes, à la noix de cola et à toute saloperie qu'il peut trouver à avaler, le conducteur se vante de pouvoir faire Lomé-Ouaga-Lomé en 3 jours sans dormir.
Ce sont les "King of the road", coqueluches de toutes les petites serveuses travaillant dans les bars qui sont disséminés tout le long du trajet.
Il n'a de prédateur que ses congénères. Ce qui donne lieu à des combats épiques mais malheureusement tragiques et généralement sanglant.

Le chauffeur consciencieux et soucieux de faire partager son expérience est aidé par "l'apprenti". Son rôle est de se jeter littéralement hors du camion lorsque celui-ci est encore en mouvement pour aller payer la taxe routière ou pour montrer les documents aux policiers, gendarmes et autres douaniers qui les contrôlent. Sa particularité est d'être chaussé avec des chaussures inusables en peau de "pineux". Lorsque le chauffeur est trop fatigué, il peut aussi prendre les commandes et s'entrainer en situation réelle bien que n'ayant aucune connaissance de la conduite d'un tel engin. "C'est en forgeant que l'on devient forgeron".

C'est aussi lui qui sert les boulons des roues en sautant à pieds joints sur la rallonge d'un mètre fixée sur la clé.

 

Il y a aussi le détenteur du permis D. Celui-ci conduit des bus avec une cinquantaine de personnes à l'intérieur et une dizaine sur le toit. Quoique la "troisième classe sur le toit" ait tendance à disparaitre avec les transports modernes. Elle est maintenant réservées aux 2 roues et aux animaux (Chèvres, moutons, cochons, rarement des vaches car trop difficiles à installer)  qui à force de contorsions arrivent à se détacher et font une chute le plus souvent mortelle à la grande joie du piéton qui passait par là.

Le pilote du bus fait parfois preuve d'un peu de prudence car des clients mécontents peuvent ne pas apprécier sa qualité de " s'en fout la mort" et se plaindre à son patron, ce qui lui vaudrait de se faire virer et de se retrouver déchu à conduire un Sotrama (voir plus bas).

 

Ensuite, vient le transport urbain (Sotrama au Mali, Fula-Fula au Zaire). C'est un prédateur urbain à base de super goélette Renaud ou de fourgon Mercedes qui s'attaque généralement aux mobylettes et à tout ce qui traîne sur les trottoirs. Totalement abruti de naissance, le conducteur est aidé par un adjoint qui gesticule en dehors de l'engin en poussant des cris terrifiants.
Difficile à mettre dans une catégorie puisque ailleurs on les enfermerait. Ce type de prédateur existe au Mali mais on ne le rencontre pas au Burkina

 

Puis c'est le permis B, c'est le plus commun. On peut l'acheter ou le passer selon chacun. Il permet de conduire du Hummer jusqu'à la 404 bâchée en passant par la Mercedes qui fait taxi. Plus la voiture est grosse, plus l'homme est puissant (Mogo puissant disent les Ivoiriens) ou appartient à une ONG bien en vue.
J'ai vu un chauffeur débouler avec un BJ Toyota à + de 120 dans un village, la main crispée sur le klaxon tel Battler Briton sur le bouton de mise à feu des 8 mitrailleuses Browning 7,7 de son Spitfire en train de canarder Von Papen pendant la bataille d'Angleterre .
Leur proies préférées sont les engins à 2 roues et les piétons. Dans la culture locale, il est de très bon goût, qu'après s'être fait ramasser la tronche sur votre 2 roues par une voiture que vous gêniez (bien que vous soyez à votre place et totalement dans votre droit) de s'excuser platement devant un prédateur de force supérieure.
N'étant pas au courant des us et coutumes du code de la route, j'ai eu quelques déboires après avoir cassé le pare brise et mis mon poing dans la tête à un mec qui m'avait écrasé le pied avec sa bagnole au feu rouge. Alors que je n'avais fait qu'appliquer les préceptes de l'islam : "Oeil pour oeil, dent pour dent".

Il n'a pas compris mon geste d’agressivité vu qu'il ne l'avait pas fait exprès et qu'il avait demandé "Pardon".

Je déconseille d'appliquer ce précepte mot pour mot car il peut s'avérer onéreux à la longue.

Ensuite, le permis est facultatif
La grande mode étant aux motos les plus puissantes possibles pour attraper le 300 km/h sur les quelques routes praticables de la région tout en le filmant avec sa Go-pro.

Reportage absolument fascinant que l'intéressé mettra sur son compte Facebook forçant ainsi l'admiration des copines et la jalousie des copains
Malgré sa redoutable agressivité, ce type d'engin n'est dangereux que pour les piétons, le bétail et pour lui-même.
Certains ont essayé de faire le coup dit du "Suppositoire géant" à 250 km/h dans le cul d'un gros porteurs...
D'autre, plus modestes, dans le cul d'une vache.
Ils ne s'en sont jamais remis.

 

Et pour veiller sur tout ce monde, il y a les anges de la route. Généralement urbains, leur uniforme est de couleur bleue. Ils ont tellement de conscience professionnelle qu'ils verbalisent les usagés avant même qu'ils ne commettent des infractions.

Ils sont généralement embusqués autour d'un croisement, d'un rond-point ou d'un feu de signalisation. Leurs proies favorites sont les taxis, les Sotrama, les gros camions ou les Blancs.

Malheureusement, ceux-ci se faisant de plus en plus rares, il est devenu nécessaire pour eux de se rabattre sur le gibier local et non d'importation; bien que celui-ci soit nettement moins lucratif et demande un travail d'attendrissement beaucoup plus contraignant.

Leur amour de l'ordre et de la discipline est tel qu'ils poursuivaient avec leur propre mobylette chinoise les malheureux contrevenants qui refusaient de s'arrêter, quitte à foncer à travers les sens interdits et à griller les feux de signalisation. Il semblerait qu'une telle marque d’abnégation ait été interdite dans certains pays suite à des dommages collatéraux sur d'innocentes victimes.

Après avoir âprement discutées le montant de la contravention, les 2 parties se mettent d'accord. La somme ira directement dans les poches des anges de la route et servira à financer une œuvre caritative de la police comme l'achat d'un nouveau pagne lors de l'anniversaire du deuxième bureau de Monsieur l'adjudant chef

Comme quoi, vous pouvez voir qu'il y a quelques différences entre code de la route suivant les pays.

Mais ne dit on pas : "Les différences : La richesse dans la diversité"

0
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
0
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink
Contribuer
Prolonger le voyage dans l'univers Voyage
Balade à Uluwatu 
Balade à Uluwatu 

Il est 7h du matin, en haut de la falaise d’Uluwatu les derniers noctambules se couchent, les warung sont vides et les plages enc...

Jeanne Dauthy
3 min