facebook Quand le mot vomit l'image
Quand le mot vomit l'image

Quand le mot vomit l'image

CREATIVE ROOM

DANS MON DICO A MOI

Quand le mot vomit l'image

Contribuer

"Une image vaut mille mots" (Confucius)

"Le poids des mots, le choc des photos" (et parfois des faux taux), fut le slogan le plus clinquant du magazine Paris-Match à une époque ou son contre-coup avait fini par heurter les exquises rondeurs de l'écriture. Ainsi "poids" se serait écrit "pouah", que celà n'aurait pas changé le son subliminal du phonème, mais sa façon de l'écrire lui aura donné un tout autre sens; preuve que toute subtilité voire déviance de l'écrit, enfante en une seule portée une richesse de solutions.

Son éviction en 2008 par un slogan plus lénifiant que personne n'a encore vraiment assimilé :"La vie est une image vraie", aura rendu aux mots leurs lettres de noblesse, en marquant pour cette presse people la fin de son insolence en la reléguant à sa vraie place de vilain canard, dans les fondements mêmes de la basse-cour de l'édition; et tout faits dans l'oeuf au même rang que certains boulets de Presse...

A l'instar de la musique et loin de la photo, de l'image ou de toute autre représentation graphique, un simple mais malin assemblage de mots (il suffit dosés) saura créer l'émotion et sa musicalité même, appeler à l'exaltation des sens! Ainsi sous toutes ses formes, l'humour écrit se parera t'il de son aura de "bons mots", germes constituant la semence d'une création spirituelle qui inséminera les esprits féconds! Ne serait' il, le temps que requiert tout apprenti sage pour s'affirmer, qu'un simple brouillon de culture...

C'est écrit d'avance et dur à avaler pour le béotien obtus qui n'accoucherait que d'une souris! Engrosser ça, pour lui l'exaltation: une nourriture spirituelle à laquelle il prétendra préfèrer soit l'oeuf-au-riz de son quotidien, soit un de ces spiritueux qui font émerger les gros mots, pas forcément les bons!

L'humour reste toutefois un gigantesque domaine mal balisé, mal défriché, mal exploité car peu cultivé. On parlera ici de champs entiers non pas à l'abandon mais encore à découvrir du côté des lieux-dits (lieux-communs pour les ignorants), qui se nomment sous différentes formes: "raillerie, burlesque, ironie, sarcasme, absurde ou non-sens". Sujets riches de parodies et de satires, ces expressions apparaissent comme des jachères aux yeux de qui appréciera la vraie culture des mots: celle qui reste nimbée d'une spirituelle spiritualité!

Ainsi soit-il. Même si vous n'aurez rien qu'on prie de cette spiritualité là, soyez les bienvenus en Absurdie...

°0°0°0°0°

... et pour illustrer ces propos, dix exultations offertes à votre exaltation:

-Chasteté: en matière de sexe, absence de compromis!

-Ciboire: réceptacle à hosties, le saint bol de l'Eucharistie!

-Claustrophobe: qui très vite, sent le rang fermer!

-Clémence: une grande joie après une longue peine!

-Clone: copie qu'on forme, rien d'original!

-Cochon: un animal quelque peu gras souillé!

-Cocotte: femme après thé!

-Combattants: des hommes d'ici et d'ailleurs qui avancent des terres minées!

-Concevoir: dans son sens le plus noble: en gros c'est, faire un enfant!

-Sniper: un professionnel qui aura su prendre de la hauteur pour super viser!

 

A mercredi prochain, si vous le voulez bien!

Bernard DUCOSSON                                                            BD/S12-2020                          

 

 

 

 

 

1
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
1
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink
Contribuer
Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Garçon chiffon (2020) Nicolas Maury
Garçon chiffon (2020) Nicolas Maury

Un homme qui n'est point jaloux est un homme qui n'aime pas S’il est acteur depuis plus de vingt ans, il jouait d’ailleurs...

Jean-Philippe Rathle
4 min
Les dimanches d'Alexandrine
Les dimanches d'Alexandrine

Les dimanches d’Alexandrine   J’allais les bras ballants, désœuvrée, ce matin Sous les...

Patricia Gaillard
1 min