facebook Panodyssey | Rejoins la plateforme des auteurs et journalistes indépendants
avatar
avatar

Bernard Ducosson

verif don don

Amoureux des mots et de la langue qui les façonnent, je dépoussière nos dictionnaires en donnant au mot un sens humoristique. Ainsi un trône sera-t'il défini comme "un siège de suprême assis" et un couscous comme "un plat à rab'". Ceux-là vous tentent ?

l'écriture
l'ecriture
l'humour
la création
La littérature
la poésie
la politique
les arts
les jeux de l'esprit
les pamphlets
notre langue
Correcteur spécialisé humour

Membre Panodyssey depuis janvier 2020

75 Abonnements 65 Abonnés

Creative rooms

l'ABS-SURDITE, le système qui freine tou...

pour que les articles tiennent la route...

l'ABS-SURDITE, le système qui freine toute compréhension?
l'ABS-SURDITE, le système qui freine toute compréhension?

Loin de vouloir épater la galerie...

L'épate oui, mais si tu aimes les pros t'es "in" !

Loin de vouloir épater la galerie...
Loin de vouloir épater la galerie...

On se fait poète poète...

Un florilège de poésies françaises oubliées qui m'héritent qu'on se souvienne d'elles.

On se fait poète poète...
On se fait poète poète...

Chansons à voir

En hommage à Boby Lapointe, des chansons d'aujourd'hui truffées aux jeux-de-mots, un régal pour les fêtes !

Chansons à voir
Chansons à voir

DANS MON DICO DE POCHE A MOI

Support de vulgarisation de mots d'HUMOUR publiés le vendredi en rubrique DANS MON DICO A MOI

DANS MON DICO DE POCHE A MOI
DANS MON DICO DE POCHE A MOI

Quand le coeur devient trop "pamphlets",...

Paul-Louis Courier fut le plus grand des pamphlétaires sous le pseudo de Vigneron. Je vis sa réincarnation dans un monde en constantes mutations.

Quand le coeur devient trop "pamphlets", la conscience vacille !
Quand le coeur devient trop "pamphlets", la conscience vacille !

Le Nanar déchaîné

Une autre lecture de l'actualité politique et d'effets notables de notre société qu'un certain autre journal satirique homophone, mais en bien plus subtil et rigolo !

Le Nanar déchaîné
Le Nanar déchaîné