facebook Réponses et Retours (9) - H.RAYON - Poésie 02-1992 réécriture 2019-2020 
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Réponses et Retours (9) - H.RAYON - Poésie 02-1992 réécriture 2019-2020 

Réponses et Retours (9) - H.RAYON - Poésie 02-1992 réécriture 2019-2020 

Publié le 4 nov. 2020 Mis à jour le 4 nov. 2020
time 2 min

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Réponses et Retours (9) - H.RAYON - Poésie 02-1992 réécriture 2019-2020 

 

H RAYON

Mon recueil sur l'érotisme féminin "Rougeur" 1er récit Rouge-Baiser (générique et 1ère séquence pour l'instant) et Réponses et retours -à suivre également- sur une vision poétique en particulier de l'amour saphique à retrouver ici dans cette creative room

Il y avait de la souffrance dans le moindre de ses gestes élancés dans l’espace.

Elle demeurait là… Ses traits tirés au-dessus de pommettes ovoïdes que ses paupières immobiles surmontaient.

 

Elle tissait un autre jeu, tendant des fils afin d’emprisonner sa proie.

 

Sur sa peau, elle avait appliqué une pellicule rugueuse afin que les paumes de ces mains, qui la caressaient, après leur parcours sinueux sur l’épiderme soient teintées de rouge.

 

L’échiquier et ses pions

Sont placés

Les mots sur la page nue

Se déroulent et s’assemblent

Un violet pâle et trouble

Se glisse sur le grain

Et la blancheur aveuglante

Qui se réfléchit entre chaque vocable

Elance ses éclats alentours.

 

D’autres jeux

D’autres poses

D’autres silences

S’élancent.

 

Un homme

Un crayon noir entre les mains

Se tenaient face à elle

Et il traçait sans s’arrêter

Des lignes

Des courbes et des cercles

De haut en bas

Sur toute l’étendue de la page grenelée.

 

 

Les bras de la femme

Qu’il contemplait

Etaient écartés

Comme maintenus par des fils invisibles

Tout son corps formant un x lumineux

En cette pièce enténébrée et silencieuse.

 

Son ventre était rond et palpitant

Bombé tendu et tendre

Tout comme si

Celui-ci

Avait enfermé en son sein

Une boule de vie frémissante.

 

Les jambes demeuraient écartées

Si démesurément

Comme une offense muette

Face à cette ombre qui la dessinait

Et lui dérobait son image.

 

 

Par endroits dénudé

Son corps luisait

Si blanc

Jusqu’à en devenir transparent

On apercevait ainsi

Sur sa surface

Le dessin sinueux des veines qui bleuissaient par endroits.

 

La cambrure

Sur le dessin

Du bas de ses reins

Etait accentuée.

 

Et l’ombre dans laquelle elle s’enfonçait

Faisait ressortir ses deux jambes

Fanaux splendides

Ecartelés dans la nuit

Devant ce corps immobile

Qui la dévisageait

Sans vergogne.

0
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
0
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Robin 
Robin 

Destin tragique… Que dire d&...

Laure Gérard
2 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur