facebook Réponses et Retours (5) - D.RAYON - Poésie 02-1992 réécriture 05-2019
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Réponses et Retours (5) - D.RAYON - Poésie 02-1992 réécriture 05-2019

Réponses et Retours (5) - D.RAYON - Poésie 02-1992 réécriture 05-2019

Publié le 24 sept. 2020 Mis à jour le 29 sept. 2020
time 8 min

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Réponses et Retours (5) - D.RAYON - Poésie 02-1992 réécriture 05-2019

Mon recueil sur l'érotisme féminin "Rougeur" 1er récit Rouge-Baiser (générique et 1ère séquence pour l'instant) et Réponses et retours -à suivre également- sur une vision poétique en particulier de l'amour saphique à retrouver ici dans cette creative room

D. RAYON

 

Le réveil s'était lové contre son ombre. Pourtant, elle ne bougeait pas encore.

Que faisait-elle ?

Où était-elle ?

Où errait-elle ?

                                                           La rue était noire

                                                           Et le monde qui la portait

                                                           Supportait la multitude hagarde.

                                                                      Les feux rouges

                                                                      Les faces orange

                                                                      Vert! Tu passes...

 

La cigarette s'était-elle déjà allumée au coin d'une lèvre ? Non, un cendrier seul fumait. Les volets clos supportaient difficilement l'assaut brusque de la lumière qui tentait d'infiltrer les zones obscures protégées par les persiennes.

 

                                                           Les trottoirs sont longs

                                                           Ici où la ville pose

                                                                      Chaque jour

                                                           Par temps d'amour

                                                                      Ou de pluie

                                                                      Le tapis

                                                                      Lie-de-vin

                                                                      De la folie

                                                                      Passagère

                                                           Elle rencontre les âmes

                                                                      Etrangères.

                                                                      Dans ce monde

                                                           Elle est comme de passage.

 

Le lit enfin défait se défaisait de l'ombre qu'il avait porté. La nudité errante s'éleva au-dessus de l'anneau de lumière qui serpentait sur la moquette grise. Les mains s'étiraient. Les doigts engourdis se réveillaient. L'ombre portée sur l'espagnolette semblait la regarder de travers. Les signes du réveil commençaient à se rassembler.

 

                                                           Les trottoirs se dévident

                                                           Et le jour réveille

                                                           Chaque ombre triste

                                                           Chaque visage

                                                           Chaque bord d'œil

                                                           Chaque lèvre

                                                           Elle est passée.

 

Le noir qui la vidait dans ses rêves s'est étiré. Ne reste plus qu'un lambeau. L'ombre est passée et les yeux se sont éveillés la bouche s'est déchirée contre la glace où elle se mirait le sexe est tendre bouton chaud brûlant en ses fourrures emmitouflées. Elle se réveille. Le sexe est doux. Triangle d'ombre posée au centre blanc de la nudité. Les mains lasses tournent autour de la pelote des cils. L'éveil est blanc et son corps pénètre dans la cuisine.

3
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
3
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Robin 
Robin 

Destin tragique… Que dire d&...

Laure Gérard
2 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur