Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Bestiaire financier d'un pêcheur repêché

Bestiaire financier d'un pêcheur repêché

Publié le 28 avr. 2020 Mis à jour le 29 sept. 2020
time 3 min
4
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 139 lectures
4 réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Bestiaire financier d'un pêcheur repêché

Débusqué tel un lièvre suite au tweet tweet d’un oiseau de bon augure, qui d’un regard d’aigle perçant est venu fureter dans mon passé pour y exhumer les fragments d’épiderme de mes mues successives, je n’ai d’autre choix aujourd’hui que de sortir de ma tanière et d’accepter de bonne grâce de révéler un paon de ma petite histoire.

Quand je suis rentré dans la banque, je me projetais jeune loup de la finance, roulant en Jaguar et entouré de belles gazelles. Je ne percevais que le côté rutilant du Gecko (Gordon) dans « Wall Street » et ignorait tout de de la face cachée de ce panier de crabes, mise à nu dans « le Loup de Wall Street ».

La vie a voulu que je ne devienne qu’un petit poisson dans ce monde de requins. Mais j’y ai quand même côtoyé quelques squales de la plus belle espèce. Et vu de près comment ils s’y prenaient pour taquiner le goujon et attraper les sardines dans leurs filets.

Je peux le dire sans crainte de passer pour une langue de vipère, car même s’ils me lisaient, ils ne se reconnaitraient pas. Ils ont en effet pour caractéristiques de se percevoir comme de blanches colombes. Où à tout le moins des bêtes à bon Dieu, intouchables, au sens de la légende qui raconte qu’un criminel qui devait être décapité fût gracié par le roi lorsqu’il vit sur la nuque du condamné une coccinelle qu’il prit pour un signe divin.

Alors qu’ils envisagent souvent leurs clients comme des bêtes de traite, des alouettes devant qui brandir le miroir, les requins de la finance ne réalisent même plus à quel point ils ont eux-mêmes mordu à l’hameçon de la pieuvre tentaculaire d’un système aux abois, qu’ils nourrissent de leur comportement moutonnier. Singeant les rituels de leurs congénères, ânonnant les termes consacrés du métier, convaincus que leurs ouailles dévoreront sans renâcler les salades qu’ils leur régurgitent en boucle, ils ont perdu le recul nécessaire qui leur permettrait de prétendre au statut de conseiller en patrimoine indépendant.

Le monde de la finance est un univers se nourrissant de « valeurs » essentiellement masculines, ruses du renard, avidité du glouton, compétitivité du lévrier dans une course effrénée aux profits, au succès et aux apparences.

Revenu de mes illusions de jeunesse, j’ai réalisé que nombre de clients ne se satisfaisaient plus d’être pris pour des pigeons. Certains s’étant fait bien tondre, ils en gardaient une rancune compréhensible et en avaient développé une méfiance de gnous.

De petit poisson qui aurait voulu être loup, je me suis morphé en TitiSoko, le puma en langue aymara. Un puma blanc entrevu dans mes rêves, se consacrant à l’écriture à ses heures perdues et veillant à défendre des valeurs plus proches de cette sensibilité féminine que ma femme et ma fille m’ont aidé à découvrir. Les sages enseignements de quelques licornes et phoenix rencontrés au hasard de mes migrations m’ont depuis permis d’affuter encore davantage mes instincts.  

Ce n’est peut-être pas un hasard si mes clients sont aujourd’hui surtout des femmes avec qui je partage une vision renouvelée du monde et que j’aide à naviguer dans les méandres d’une jungle financière qui requiert de savoir garder ses griffes affutées sous une patte de velours. Ne vaut-il pas mieux avoir un puma à ses côtés quand on s’aventure chez les loups ?

 

Laughing all the way to the Bank, Jean-Michel Jaudel, 2000

 

 

lecture 139 lectures
thumb 0 commentaire
4 réactions
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Économie
Statistiques, je tique !
Statistiques, je tique !

Des colonnes, des chiffres, des nombres, Voilà une vision peut profonde de notre monde. Peut-on tout comprendre en é...

Adélice Bise
1 min
Polyvalence, je danse
Polyvalence, je danse

Remplacement, départ, absence... je danse, c'est la polyvalence. Je remplace, Paul, Jeannette et Maxence... je danse...

Adélice Bise
1 min
Le nouveau manager
Le nouveau manager

Il prend fièrement un poste sous le manager précédent, qui devient son n+1. Il ne connait pas le terrain mais parle...

Adélice Bise
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur