Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
L'Enfant qui Murmurait à l'oreille des Géants: Chapitre 2

L'Enfant qui Murmurait à l'oreille des Géants: Chapitre 2

Publié le 30 avr. 2020 Mis à jour le 29 sept. 2020
time 4 min
3
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 130 lectures
3 réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

L'Enfant qui Murmurait à l'oreille des Géants: Chapitre 2

page1image46582624

 

Les Contes du petit TitiSoko

L’Enfant qui Murmurait à l’Oreille des Géants

 

Chapitre II : Créons l’Univers

- «Quelle question», lui répondis-je, amusé. «Tu connais toutes les histoires jusqu’à l’Aube des Temps et tu ne sais même pas mon nom?»

- «Ah, je vois que tu es un farceur» répliqua l’arbre. «Je ne te demande pas le nom que t’ont donné tes parents, c’est trop facile, je t’ai demandé comment tu t’appelais toi. Et pas comment tu t’appelais hier ou comment tu t’appelleras demain, mais comment tu t’appelles aujourd’hui. Car chaque nom que tu te donnes créera une histoire et, comme tu l’as compris, chaque histoire a ensuite sa vie qui se transmettra par mes racines et mes branches pour créer l’Infini des Possibles. Je connaissais un enfant qui s’appelait le Petit Prince....

- «Tu veux dire le Petit Prince de l’histoire», l’interrompis-je ?

- «Oui et non» répondit l’Arbre des Ancêtres, «c’était un enfant qui avait lu le Petit Prince et qui s’était dit que lui aussi était un petit prince. Alors, certains jours, quand il venait me rendre visite, il me disait : «Bonjour, je suis le Petit Prince.»

- «Mais ce n’est pas possible, il n’y a qu’un Petit Prince», répondis-je.

- « Oh là là, tu m’inquiètes toi. D’abord, règle numéro un, tout est possible. Ensuite, il y a autant de Petits Princes que l’on veut. Le souci n’est pas là, vois-tu. Le problème, c’est quand quelqu’un ne se rappelle plus qu’un jour il était le Petit Prince. C’est pour cela que je suis là et que je demande à tous les enfants qui passent de me dire comment ils s’appellent aujourd’hui. Comme ça j’enregistre leur histoire dans mes racines et mes branches et quand ils ne s’en rappellent plus, ils peuvent toujours venir me voir pour que je la leur rappelle.

- «Mais à quoi ça sert de se rappeler de toutes ces histoires ? Quand je serai grand, je ne suis pas sûr que j’aie envie de me rappeler des histoires de quand j’étais petit.»

- «Détrompe-toi, c’est très important. Comment crois-tu que l’Univers se soit créé et surtout continue à se créer ? Chaque histoire y contribue et plus ton imagination est grande, plus tu nourriras l’Univers de tes merveilleuses histoires. Or, sais-tu comment on fait pour entretenir son imagination ? On la laisse courir, vagabonder, aller là où elle veut. Et surtout, on se rappelle de toutes ses histoires déjà imaginées, car toute belle histoire que tu vis chaque jour te crée un Hier rempli de souvenirs heureux et te fera entrevoir un Demain d’espoir et de confiance en l’avenir. En plus de nourrir l’Univers, tu te nourris toi-même, tu comprends ? Et si tu n’arrives pas à te rappeler de tout, ce n’est pas grave, l’univers lui s’en rappellera et il suffit que tu viennes quand tu en as envie pour faire un bain de forêt et toutes tes mémoires se réactiveront."

page5image21746144

"Ceux qui ne sont pas drôles, ce sont les adultes qui ont même complètement oublié de parler aux arbres. Mais toi, si tu mets maintenant la main sur ton cœur, est-ce que tu arrives à me promettre que tu ne l’oublieras jamais? Même quand tu seras grand?"

Je le regardai en posant ma main sur mon cœur et en me disant, «quelle question bête, bien sûr que je ne l’oublierai jamais !»

- «Oh» me dit l’Arbre des Ancêtres en me souriant avec bienveillance, car il avait lu dans mes pensées, «il n’y a pas de questions bêtes. D’ailleurs, souvent les questions qui paraissent les plus bêtes sont les plus intelligentes. Sais-tu pourquoi ?»

- «Non», répondis-je en me grattant la tête.

- «Et bien parce que la réponse aux questions bêtes est évidente. Quand la réponse est compliquée, c’est là qu’il faut avoir l’intelligence d’arrêter d’essayer de comprendre. Seules les réponses qui viennent du cœur sont simples à comprendre, et c’est celles-là qu’il faut retenir. Les autres, crois-en ma vieille expérience, il vaut mieux laisser tomber. Mais tiens, voilà un Géant, tu le vois?»

Suite au prochain chapitre......

Illustrations réalisées par Patrice Faure-Maisonneuve pour le conte l’Enfant qui Murmurait à l’Oreille des Géants

lecture 130 lectures
thumb 0 commentaire
3 réactions
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Bien-être
Postillon
Postillon

Eclat d'eau bue qui ne blesse que celui qui l'envoie. Après il devra ce con fondre en excuses...

Bernard Ducosson
1 min
Soutif
Soutif

Chez la femme, un vêtement familier retenant sa poitrine ; souvent c'est sympa !

Bernard Ducosson
1 min
Triolisme
Triolisme

 (l'autre nom d'un plan à trois)   Plaisir choisi et partagé quand c'est entre...

Bernard Ducosson
1 min
Vise le rétro...
Vise le rétro...

Vivre dans un rétroviseur, Regarder en arrière, avoir peur… Dans cette réalité en miroir,

Luce
1 min
Hamac
Hamac

Un assemblage de ficelles, pour faire des faux lits en été !

Bernard Ducosson
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur