facebook Lacksley le Terrible
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Lacksley le Terrible

Lacksley le Terrible

CREATIVE ROOM

rastalution

Lacksley le Terrible

Lacksley Castell

 

 

Deux destins foudroyés

 

Lacksley Castell. 1959-1983. Soit 24 ans d'existence et deux albums suffisants pour laisser une empreinte indélébile dans les sillons de la musique jamaïcaine.

Il commence par enregistrer avec Prince Jammy et Augustus Pablo dans les années 70. Ces chansons seront intégrées à l'album Jah Fire pour lequel seul son copain Hugh Mundell est crédité. Il faut dire qu'il est facile de les confondre tous les deux : ils ont le même grain de voix, la même jeunesse, la même foi rastafari et ont tous deux connus un destin tragique : une mort prématurée survenue la même année : une maladie mal soignée pour Lacksley Castell, une balle pour Hugh Mundell.

Hugh Mundell

 

Deux albums foudroyants

 

 

Suivent deux albums en tous points enchanteurs, remplis de chansons au tempo roots de la plus belle facture, complètement à contre-courant de ce qui se faisait à l’époque, plus portée sur le son digital : Morning Glory en 1982 et Princess Lady en 1983. tous deux publiés chez Negus Roots, dont le logo est un lion enchâssé dans une étoile de David. Lion of Judah étant l'un des surnoms de Hailé Sélassié I, empereur d'Éthiopie.

Ma préférence va au premier de ces deux opus. Il y a déjà tout là-dessus : la section rythmique basse-batterie assurée par le duo Sly et Robbie, Ansel Collins aux claviers, Don Carlos aux chœurs.

La troisième chanson, Righteous Stand, est une merveille de reggae roots, prônant une vision positive du monde. En gros, même si la vie est dure, il faut garder espoir car Jah veille sur nous. Le bien doit triompher du mal.

Les premiers mots sont entonnés a capella :

 

Vicious and vile

Terrible and dreadfull, it might be.

 

Tout est horrible et effrayant ici. Voilà ce que nous dit Lacksley Castell dans cette chanson. Et voilà qui contraste au plus haut point avec sa voix guillerette, enfantine et plutôt cajoleuse, et avec l'image que nous envoie la pochette du disque : un jeune homme d'une vingtaine d'années traverse une route goudronnée, tout sourire, visiblement ravi de ce qui lui arrive. Il porte une belle chemise blanche, un pantalon de toile bleue et un chapeau mou.

Lacksley Castell

 

D'autres morceau extraits de l'album

Leaving

Morning Glory

Speak Softly

1
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
1
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink
Contribuer
Prolonger le voyage dans l'univers Musique
Five years ... Et quelques jours
Five years ... Et quelques jours

J'ai partagé avec vous il y a quelques jours un texte que j'avais écrit à l'occasion de la disparition de David Bowie, il y...

Joseph-Marc Francois
4 min
Blanche et le rouge 
Blanche et le rouge 

Elle est fraiche et lui aime se sentir chambré. Tout les oppose. Elle tombe et lui coule dessus. Elle est douce et lui est charnu. Sa min...

Alexandre Leforestier
1 min
Five years...
Five years...

Écrit le 11 janvier 2016 1.    Veillée funèbre Major Tom est arrivé le premier, son c...

Joseph-Marc Francois
6 min
Crazy Organ Style
Crazy Organ Style

    Keyboard King   Jackie Mittoo est l'un des musiciens les plus importants de l'h...

Benjamin Mimouni
3 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur