Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Moi et la cuisine

Moi et la cuisine

Publié le 27 févr. 2024 Mis à jour le 23 mars 2024 Culture
time 5 min
1
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 17 lectures
3
réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 30 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 29 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Moi et la cuisine

Je n'aime pas cuisiner. De manière générale, tout ce qui se rapporte au ménage, je n'aime pas. J'aime l'écriture, Panodyssey, l'aïkido, le dessin, la lecture et Zelda Twilight Princess. Malheureusement, je ne peux pas vivre d'histoires et d'eau fraîche !

La cuisine chez nous

Êtes-vous déjà allé au restaurant ? Pour beaucoup, oui. Un petit repas tranquille en famille ou en amoureux, sans devoir le préparer, ça fait du bien de temps en temps. Jusqu'à quelques mois, le seul restaurant où on avait été avec ma famille, c'était un Lunch Garden il y a plusieurs années pour l'anniversaire de ma mère.

Pour d'autres, si vous n'allez pas au resto, vous commandez à manger sur je ne sais quelle application et on vous la livre. Simple, rapide et efficace. Et les plus doués en cuisine aiment bien se faire des bons petits plats faits maisons, esthétiquement très beau et gustativement très bon.

Mais dans ma famille, nous somme six ! Je sais, il y a pire, mais six, c'est déjà pas mal ! Vous imaginez la note du restaurant pour six personnes, dont deux (moi et mon grand-frère) mangent pour quatre ? Pour se faire livrer un repas, même si c'est moins cher, on habite dans un trou paumé où personne ne trouve la bonne adresse. On oublie ! Donc il reste la cuisine maison !

Et croyez-moi, cuisiner pour six personnes, dont certains sont de véritables ogres, c'est du travail !

Mon problème principal

La cuisine pourrait être plus simple si chacun faisait une part du boulot. Mais non ! Mon grand frère et ma grande sœur sont tous les deux à l'université, ce qui implique des "révisions". Et je l'écris de cette manière, parce qu'en général, quand ils disent qu'ils travaillent, c'est que ce n'est pas le cas.

Ou alors...Civilisation VI fait partie du cours d'anatomie en médecine...

Mais pour ma mère, c'est suffisant pour que ce soient les "petits", donc mon petit frère et moi, qui devont nous mettre aux fourneaux. Dans l'équation simplifiée, on obtient Elysio en cuisine et frérot dans le canapé.

Bon, je suis un peu mauvaise langue : quand ma mère lui dit de se bouger, il vient m'aider. Mais si la demande vient de moi...je peux parler à une plante d'appartement, c'est le même résultat !

Savoir ce qu'on va manger, c'est toujours une question qu'il faut poser une heure avant le début de la préparation du repas. Entre les uns qui n'aiment pas ceci, un autre qui n'aime pas cela, le suivant qui n'a pas faim, c'est compliqué ! Mais une fois que le moteur Diesel est chaud, ça va vite !

Les bons petits plats maison

Forcément, quand on cuisine chez nous, dans notre trou paumé, on développe nos propres recettes. La sauce bolognaise, le tiramisu, les pizzas, ce sont des recettes connues, mais qui chez nous, changent assez bien.

Au final, on a répertorié tout cela sur le site internet que ma mère a créé (bien qu'il en manque certaines), et encore aujourd'hui, on tente de nouvelles recettes. Mes préférées, ce sont celles qu'on découvre sans le vouloir, comme je l'ai fait ce midi. Vous avez donc droit à ma sublime anecdote !

À onze heures et demie, j'avais faim. Ma mère était sortie avec ma sœur, mon frère était à l'université, et il n'y avait que moi, le petit frère et mon père. Donc je fais des spaghettis, je trouve une carotte et un peu de salade. Avec une vinaigrette, ça passe très bien. Mais je remarque aussi des germes de soja dans le frigo. Et ma mère, à son retour, a proposé de les faire à la poêle avec des carottes rapées et des champignons et quelques boulettes.

J'ai adoré !

Le stockage de nourriture

Quelle est la taille de votre congélateur ? Chez nous, il est énorme ! Tellement énorme qu'on finit par retrouver ce que nous appelons des "dinosaures". Rassurez-vous, je ne mange pas de t-rex, c'est simplement de la viande de lapin, de canard ou autre qu'on a oublié dans le fond du congélateur. Ou encore du pâtisson, que j'ai essayé de faire en soupe. Sincèrement, cette soupe était infecte ! Même au Moyen-Âge, je parie qu'ils mangeaient mieux !

Mais en plus du stockage de viande, nous stockons les bocaux de tomates et les pots de confitures. Presque chaque année, on achète un peu moins de cent kilos de tomates ! Rien que ça ! Et c'est la pire corvée de l'année. Lavage de tomate, lavage de bocaux, plonger les tomates dans de l'eau bouillante, les éplucher à leur sortie (attention les doigts brûlés), les mettre en bocaux et les stériliser. Et encore, je vous épargne les détails. On est facilement occupé deux ou trois jours. Mais on a des réserves pour l'année.

Pareil avec les confitures, qu'elles soient de fraises, de framboise, de groseilles, de mûres, de cerises. On en a fait des variantes, avec des fleurs de sureau, de la menthe poivrée, des gousses de vanille. Même si ça prend du temps de les faire, le goût en vaut largement la chandelle par rapport aux confitures du magasin.

Sauf pour les tomates. Elles, elles ont un goût...de tomate.

La bête se nourrit

La bête, c'est moi ! Je ne mange pas avant le cours d'aïkido, mais après. Donc quand je rentre à vingt-trois heures à la maison, je n'ai rien mangé depuis mon goûter à seize heures. Imaginez un peu le grondement du tonnerre qu'il y a dans mon estomac affamé !

Mais si je suis capable de faire des bons repas équilibrés et jolis, je suis aussi capable d'être un homme de Cro-Magnon qui ne pense qu'à manger pour survivre ! Ainsi, on a le panel des recettes faciles, voire scandaleuses d'Elysio.

Dedans, on compte la sauce carbonara faite avec de la crème fraîche (oui, je sais, c'est pas la vraie recette), les pâtes au jambon et au fromage râpé au micro-ondes (j'ai dit que c'était scandaleux), et les pâtes sans rien.

...je sais, je suis désespérant !

lecture 17 lectures
thumb 0 commentaire
3
réactions

Commentaire (0)

Tu aimes les publications Panodyssey ?
Soutiens leurs auteurs indépendants !

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Scabreux
Scabreux

Un mot d'un dictionnaire, ma définition, vôtre sourire, ma joie. D...

Bernard Ducosson
1 min
A KNOT
A KNOT

(to Karen) The photo (untitle) is from Haaretz Weekend Brief (April 13th), it shows spring army manoeuvres....

Cecile Voisset
3 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur