Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Sans plus retenir

Sans plus retenir

Publié le 3 juil. 2020 Mis à jour le 3 juil. 2020
time 2 min
2
J'adore
0
Solidaire
1
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 49 lectures
3 réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Sans plus retenir

Attirance vive pour le titre, la couverture et sa rose offerte, qui semble s’ouvrir à la vie. Un sous titre évocateur et qui nous happe, nous donne envie de savoir ce qui est écrit à l’intérieur.

Qui sait, cela nous parlera-t-il ou nous aidera.

Mais passer l’attirance, la lecture s’impose, trouble, presque dans tous les sens comme un puzzle éclaté que l’on tenterait de reconstruire...

Peut-être est-ce là le but de l’auteur, montrer une forme de reconstruction, la sienne et à travers ses mots celle possible des lecteurs. Mais le sentiment que la lecture nous perd est fort et, la pensée vient alors de se demander si l’on n’est pas là devant un regroupement de notes ou encore de textes d’atelier d’écriture avec la perte humaine qui semble lointaine de profondes émotions. Il n’y a alors que la fin qui réconcilie et qui nous amène au soulagement comme à la fin d’une quête. Oui ici, c’est bel et bien une quête mais difficile à suivre. L’auteur est-il perdu ou veut-il nous montrer qu’il l’était avant de se retrouver, de se réapproprier sa vie ?

Malgré tout, l’écriture a de trés beaux moments

comme :

« Le petit otage qui dégorge son interminable hurlement aphone »

Ou encore

« Les nuits sans clarté pèsent infiniment plus lourd, la pénombre abaisse son plafond de suie… »

On se surprend alors entre ennui et admiration pour l’écriture qui séduit, qui touche tout de même parfois.

Raphaël Watbled est un peu un poète même si à un moment donné, nous l’aurions classé dans la catégorie des poètes maudits. Est-ce la fatigue, une mauvaise lecture, une première non comprise, le contexte qui pousse aux premiers abords à tendre vers l’ennui, la déception ?

Alors, il faudra relire pour mieux l’apprécier mais dès lors, il ne faut pas jeter les mots lus car au fond, une deuxième bouchée ou je dirais « fournée » en serait plus appréciable.

Sans plus se retenir. Je ne me suis pas retenue.

J’ai évoqué mon premier ressenti aussi bien que ma réflexion, je vous laisse juge à votre tour.

Qu’en retiendrez-vous  amis lecteurs ?

(Vos retours de lecture seront les bienvenus).

L.G.

https://www.editionsfavre.com/livres/sans-plus-retenir/

L'auteur : 

https://www.editionsfavre.com/livres/sans-plus-retenir/auteurs/

 

Retrouvez toute la chronique  et les détails du livre sur mon blog :

http://leslecturesdelaeti.eklablog.com/sans-plus-retenir-a183061178
lecture 49 lectures
thumb 0 commentaire
3 réactions
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
La tête dans les nuages
La tête dans les nuages

Rêveuse. La tête dans les nuages. Et alors ?  Lisa se sent bien la tête dans les nuages. À tout moment...

Ysa Lapiert
1 min
The City of Frihet
The City of Frihet

I wake up with a spider on my pillow. I get up as fast as I can. I shake my big brother awake, carefully not...

Ines Camoes
4 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur