facebook Petits Papiers Volants : Journal D'écriture 2003-2019- 11-12-2004
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Petits Papiers Volants : Journal D'écriture 2003-2019- 11-12-2004

Petits Papiers Volants : Journal D'écriture 2003-2019- 11-12-2004

Publié le 22 févr. 2020 Mis à jour le 23 oct. 2021
time 1 min

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Petits Papiers Volants : Journal D'écriture 2003-2019- 11-12-2004

Samedi 11 décembre 2004

journal écriture 2004

La tentative de l'épuisement.

Comme s'il s'agissait de rompre toutes les digues.

***

Une nuit enveloppante.

D'autres effluves sont encore à inventer.

***

D'une création l'autre... Un espace se crée.

***

Au bord du désir, il se tient, comme face à un précipice.

***

Les bords de la peau se sont retournés... C'est une autre pliure.

***

Un mystère... Le mot et son origine. Entre les deux, il y a comme un balbutiement.

***

C'est la bouche qui trace le mot silencieux et nu sur les murs blanchies de sa nudité.

***

Il s'agit désormais de rompre le fil pour en retrouver un autre.

***

Cette absence peu commune en laquelle on se retrouve, qui sait nous décrire mieux que n'importe quelle présence.

***

Des pages encore à tracer, les mots fluides  ne se refusent plus.

Cela glisse et tonne.

Etonnant, non?

***

Comme toujours, c'est dans le mouvement que je me construis et m'ordonne.

***

Chaque chose qui se trace est toujours à redécouvrir.

***

Toujours... à jamais...

Inachevé... je suis...

***

Que les paupières glissent sur la peau pour qu'enfin, bien qu'imperceptible, retentisse l'effleurement léger de l'œil contre son corps.

***

La perte... Une autre méconnaissance.

***

Les lignes d'un corps qui s'entrecroisent forment dans l'espace une courbe ouverte. Et elle s'enfonce.

***

Chaque morceau à tirer jusqu'à l'épuisement du liquide qui git au fond du puits.

***

L'écheveau de ses doigts s'est encore emmêlé.

***

Une autre trace encore... alors ensuite tirer le rideau

***

Une ouverture... il n'y a plus de volets pour dissimuler quoi que ce soit.

1
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
1
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Feuilleton corona, roman noir.
Feuilleton corona, roman noir.

"On se trompe à chaque fois que l'on veut expliquer quelque chose en opposant la Mafia à l'Etat ! ils ne sont jamais en rivalit&ea...

Cecile Voisset
11 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur