facebook Petits papiers volants - Jeudi 31 mai 2018
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Petits papiers volants - Jeudi 31 mai 2018

Petits papiers volants - Jeudi 31 mai 2018

Publié le 11 août 2020 Mis à jour le 6 déc. 2021
time 3 min
1
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 14 lectures
1 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Petits papiers volants - Jeudi 31 mai 2018

Du lundi 28 mai au vendredi 1er juin 2018 je me suis mis à écrire -l'envie d'écrire sur ce thème m'étant venue au fil de l'écriture - un texte sur le théâtre que j'ai nommé à son issue LES TRETEAUX ROUGES.

Pour le lire en son entier retouché sans le découpage par journée cela se passe

Ici 1ère partie

Ici 2ème partie

Ici 3ème partie

Ici 4ème partie

Ici 5ème partie

Ici 6ème partie

Ici 7ème partie le final

Jeudi 31 mai 2018

 

Ce que l'on aperçoit

Ce sont

Le cou tordu

À force de se tendre

Et leurs yeux qui contemplent 

                De si près

Cette cible à atteindre

Celle-là même

Qu'ils n'ont cessé de chercher

Au travers de l'espace

Que leurs pas foulent.

Une cible à définir

Un point à trouver

Une destination

Vers laquelle l'avancée

Se retrouve être

La seule chose certaine.

Il s'agit d'établir

Une diagonale

Qui les entraînerait

Un point A

À un point B.

 

La ligne reste invisible

Le tracé est déjà effacé

La craie blanche a laissé

Des traces poussiéreuses et blanchies.

 

À l'arrivée

Ici où elle tremble

Une trappe entrouverte

Qu'il lui faudra emprunter.

 

Entre les deux

Il y aura

Un passage

 

La préparation en amont

Le plan préétabli

Les contours

Et les lignes à suivre

Les obstacles à éviter

Les mots entre les silences

                Qui sont encore

                À énoncer.

Ce qu'il aperçoit d'elle

Une vision particulière

Un trait noir et gras

Qui prononce

                Chacune de ses paupières.

Son œil vibrant

D'un éclat particulier.

 

Une petite tache

De lumière

S'est incrustée

Près de l'os

                De son nez

Et celle-ci

                Caressante

A tracé une bosse

                Proéminente

Sur le bombé

                De sa joue.

 

C'est un visage étrange

                Qui apparaît

Ce pourrait être un masque

                Que sa face pâle

                Supporte.

 

Leur scène reste à imaginer

                Le spectateur est

En cette expectative

Où tout le déroulé

À venir est encore sans relief

Sans corps pour lui procurer

                Une consistance.

 

Juste un rideau rouge

Aux plis immobiles

Face auquel l'œil

Se bute...

Un mur clos et mystérieux

Derrière lequel

Se dissimulent

Des ombres spectrales.

 

Tout un univers

Qui sera rassemblé bientôt

Une cohorte de monstres

Ou plutôt une ribambelle

                De pantins

                Et de marionnettes

Toutes désordonnées

Tout d'abord inertes

Puis qui se réanimeront dans un joyeux chaos.

Les marionnettistes apprêteront

Tous leurs fils

Désassembleront les pelotes invisibles

Le bois s'entrechoquera

Les yeux rouleront dans leurs orbites

Et en cadence les membres de bois

Se frapperont leur tronc creux.

lecture 14 lectures
thumb 0 commentaire
1 réaction
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Covid censorship, and revolt
Covid censorship, and revolt

L'affaire américaine (antisémite, etc.) échappe aux gouvernants, y compris à ceux qui sont aux bottes. Le plus int&e...

Cecile Voisset
4 min
Urgande
Urgande

Urgande erre aux bois dédorés

Bruno Druille
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur