Le Temps n'est qu'un instant présent, qui oublie le passé ne saurait comprendre l'avenir
cv

Le Temps N'est Qu'un Instant Présent, Qui Oublie Le Passé Ne Saurait Comprendre L'avenir

Share

J’ai eu à dire adieu plus souvent que je ne l’aurais souhaité, mais tout le monde peut dire ça.

Peut importe le nombre de fois que l’on ait fait ça, peut importe que ce soit pour une bonne cause, dire adieu ça fait mal. Bien qu’on oubliera jamais

ceux qu’on a abandonné on se doit de toujours aller de l’avant. Ce que l’on ne peut pas faire c’est vivre en ayant peur du prochain adieu, parce qu’il y a peu de chance qu’il n’y en ai pas d’autres. Le tout c’est de savoir reconnaître quand un adieu est une bonne chose, l’occasion de prendre un nouveau départ. Il est difficile de dire adieu lorsqu'on veut rester, compliqué de rire lorsqu'on veut pleurer, mais le plus terrible est de devoir oublier lorsqu'on veut aimer, la personne qu'on aime sans le vouloir.

Bien que cela ne signifie pas que nous avons cessé de l'aimer, adieu est parfois une façon pénible à dire Je t'aime; J'ai constaté aujourd'hui que tout mon passé était bien passé. Pour l'amour, pour la gaieté, pour l'esprit d'entreprise, pour l'art de plaire, les beaux temps pour moi sont finis Il faut savoir, coûte que coûte,

Garder toute sa dignité(e)  malgré ce qu'il nous en coûte, S'en aller sans se retourner Face au destin qui nous désarme. ​​Quand on a été frappé dans le passé, on  réouvre les portes du passé que pour évoquer de douces images, mais on ne veut pas recommencer la vie dans le même cortège; on voudrait, par une métamorphose soudaine, s'envoler dans un autre monde; Ecrire l'histoire est une façon comme une autre de se libérer du passé.

 Avancer sans se retourner vers le passé, c'est donner au présent la chance d'affronter le futur; L'amour c'est la générosité du cœur, il ne connais pas l'apparence physique ni l'argent, c'est le fait de penser à quelqu'un malgré la distance, ce qui fait le plus souffrir c'est le mensonge et les faux espoir, Il vaut mieux blesser par la vérité, que de rendre heureux par le mensonge. Je suis furieuse contre une société qui m'a éduquée sans jamais m'apprendre à blesser un homme s'il m'écarte les cuisses de force, alors que cette même société m'a inculqué l'idée que c'était un crime dont je ne devais jamais me remettre. Je dois recommencer depuis le début à faire le vide dans mon esprit.

Chaque fois que j'essaie, c'est comme si je remplissais d'eau un trou creusé dans le sable près de la mer. Un jour l'amour a dit à l'amitié : Pourquoi existes-tu puisque je suis là ? L'amitié lui répond : Pour amener un sourire là ou tu as laissé des larmes. L'un des sentiments les plus accablants est de ne pas savoir s'il faut attendre ou abandonner. Je suis fier de mon cœur. Il a été torturé, poignardé, brûlé et brisé.... mais il fonctionne ! Si un jour j'avais su qu'en croisant ton regard, j'allais tomber amoureuse de toi, j'aurais fermé les yeux. Il vaut mieux perdre votre fierté avec quelqu'un que vous aimez plutôt que de perdre quelqu'un que vous aimez avec votre fierté inutile. Certaines personnes peuvent faire ça : recommencer leur vie.

On ne vit pourtant pas sans aimer, et peut-être que, pour mon malheur, j’aimerais encore ; mais ce serait en pensant toujours à lui et en ne donnant pas tout mon cœur. Ce serait mal, et ça finirait mal. J’aime bien mieux mourir jeune et ne pas recommencer à souffrir !. Rien ne s'oublie, l'âme dans le sommeil médite et rumine sans cesse son passé; Mieux vaut oublier le passé, souffrir ou jouir du présent, et se résigner pour l'avenir.

Vous qui pleurez un passé plein de charmes, et qui traînez des jours infortunés, vos malheurs se verront terminés, quand à Dieu seul vous offrirez vos larmes; Quand on avance, on ne pense pas à la culpabilité ou à l'innocence.

On ne pense pas au passé, à ses rêves, à ses bonheurs ou à ses déceptions, on se préoccupe juste de survivre, de prendre des coups ou d'en donner.              Ne regarde ni en avant ni en arrière, regarde en toi-même, sans peur ni regret.                                                                                                                                                                            Nul ne descend en soi tant qu'il demeure dans la superstition du passé et de l'avenir.