facebook Le lit qui dort  
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Le lit qui dort  

Le lit qui dort  

Publié le 25 sept. 2020 Mis à jour le 25 sept. 2020
time 2 min
2
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 22 lectures
2 réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Le lit qui dort  

Petite anecdote sur un de mes livres :

Le lit qui dort qui avait été publié aux éditions Tensing (épuisé depuis le décès de mon éditeur en 2017 mais j'ai plein d'exemplaires à la maison pour ceux qui voudraient le lire)

Le lit qui dort avait besoin de s'habiller d'une belle couverture. J'ai souhaité au départ faire un partenariat avec une artiste peintre que je connaissais, Chantal Secouet (https://www.facebook.com/chantal.secouet) pour que mon Lit qui dort s'habille d'une couverture de lit. Chantal a tout de suite accepté et m'a concocté un beau tableau. L'ennui c'est que parfois le coup de coeur n'y est pas malgré la beauté de l'oeuvre. Je lui en ai parlé, sincèrement. Elle m'a juste dit "tant pis" dans le style et "merci d'avoir pensé à moi, ça sera pour une autre fois alors".
Chantal ne serait pas alors l'habilleuse de mon livre... Je suis alors partie à la conquête de l'artiste avec un grand A qui me ferait avec son pinceau, le lit qui me donnerait le frisson et le coup de cœur. En surfant sur la toile, je suis alors tombée sous le charme des œuvres de Elisabeth Baysset et j'ai tout de suite eu l'envie de travailler avec elle. C'était une évidence avec la beauté de ses toiles, leur profondeur... J'ai alors tout mis en œuvre pour la contacter par son blog dans un premier temps et sans réponse, ensuite sur le réseau Facebook en voyant qu'elle y était inscrite. Mais, voilà, le temps a passé et aucune réponse n'est venu de sa part. Déception bien sur mais le sentiment également que je ne devais pas en rester là. Cette artiste avait bien une adresse quelque part, à Pignon sur rue, je la trouverais et je lui écrirais. Nouvelle recherche sur internet et là, quelle ne fut pas ma surprise en découvrant son décès. J'avais parlé à un fantôme. Je dis cela car je sentais qu'elle était présente malgré tout. Tristesse, choc, les larmes. Mon rêve s'écroulait.... Pourtant, l'instinct me disait que ce serait elle et pas une autre qui habillerait mon lit. J'ai alors contacté sa famille, ayant trouvé d'où elle venait. J'ai envoyé une lettre à son frère expliquant mon projet. La réponse arriva, positive. La famille était ravie. Moi aussi.

Le lit qui dort se para alors de son plus bel atour, en couverture, un magnifique tableau d'un lit de Elisabeth Baysset, "Douceur d'un dimanche" en teinte d'un bleu incroyable, datant de 2009. C'était le lit qui collait parfaitement à la peau de mon livre, à chacun de mes mots, même de mes non dits...

Ainsi est né entièrement Le lit qui dort.

L.G.

pour découvrir Elisabeth Baysset :


http://elisabethbaysset.canalblog.com/archives/2009/10/18/15476846.html

lecture 22 lectures
thumb 0 commentaire
2 réactions
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
A propos 
A propos 

Ca y est, l'aventure (re)commence! L'an dernier a vu naître mon projet de devenir entrepreneure et de me...

Marie-Emilie Rodriguez
1 min
Péripéties montagnardes - Partie 3
Péripéties montagnardes - Partie 3

Kirly prit une posture d’attaque, dans un style que jusqu’alors on ne lui connaissait pas. Karl, qui avait rejoint Minaud, observait...

Roland Ruelle
17 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur