Retour vers le futur (Back to the Future, Robert Zemeckis, 1985)

Retour Vers Le Futur (Back To The Future, Robert Zemeckis, 1985)

Share

"Retour vers le futur" est un film inclassable. Inclassable parce que hybride. Robert Zemeckis disait lui-même qu'il était difficile à classer ou alors il aurait fallu inventer la "comédie de science-fiction uchronique" ^^.  D'ailleurs il fallut 4 ans pour élaborer le scénario, réglé comme une mécanique de précision et il fut refusé par près de 40 studios. RVLF est une comédie légère en apparence mais qui en toile de fond critique l'American way of life.  Welcome to Hill Valley, the perfect place to start your family future! disaient les slogans de 1955. Comme ils résonnent ironiquement en 1985 lorsqu'on découvre le quotidien des Mc Fly, une famille de loser vivant dans l'un de ces lotissements de banlieue tant vantés en 1955 et complètement décrépis en 1985.* Entre un père carpette, une mère alcoolique et un oncle derrière les barreaux, le moins que l'on puisse dire c'est que la famille est à l'image du pavillon: explosée. Et que dire du meilleur ami de Marty Mc Fly, Emmett Brown, le paria de la ville, "professeur foldingue" solitaire  vivant dans son garage au milieu d'une multitude d'appareils à mesurer le temps mais totalement hors du monde, obsédé par les machines qu'il fabrique. Entre le premier qui veut changer son histoire et celle de sa famille et le second qui cherche à échapper au temps pour lui aussi changer son destin, cela ne pouvait que "matcher" et donner un duo d'enfer, fonctionnant à la perfection.

Robert Zemeckis, c'est Doc Brown, un artisan amoureux du travail bien fait qui en dépit des apparences n'a jamais vendu son âme aux pures logiques de profit. Par exemple il a catégoriquement refusé toute reprise de sa célèbre saga, sous quelque forme que ce soit.  Avec Bob Gale, le scénariste, il a d'ailleurs imaginé dans l'un des premiers scénarios de "Retour vers le futur" que c'était son refus de servir les intérêts des entreprises qui avait marginalisé Doc Brown. Celui-ci puise également ses origines dans une  réécriture à la façon de "La part de l'autre" de Eric-Emmanuel Schmitt de l'histoire du scientifique-ingénieur Wernher Von Braun dont les rêves lunaires ont abouti à la création des premiers missiles pour les nazis puis de la mission Apollo pour la NASA. Car la figure tutélaire de Doc Brown c'est Einstein, on se demande pourquoi ^^**.

* RVLF critique en arrière-plan aussi bien la crise des centre-ville que l'étalement urbain, Hilldale, le nouveau rêve vendu aux habitants en 1985 (un lotissement plus éloigné que Lyon Estate où vit Marty avec ses parents) se transformant en cauchemar en 2015 dans RVLF 2.

** Christopher Lloyd s'est fait la tête du célèbre scientifique pour le rôle de Doc Brown, celui-ci a son portrait chez lui (parmi d'autres grandes figures scientifiques telles que Benjamin Franklin) et son chien s'appelle également Einstein en 1985. Or Einstein est l'une des célébrités les plus souvent associées au syndrome d'Asperger (même s'il s'agit de spéculations), syndrome dont Doc Brown porte de nombreuses caractéristiques (intérêts restreints obsessionnels, caractère asocial, enfermement dans une bulle).