"YOU'LL NEVER WALK ALONE" : ORIGINES ET TRADITIONS

"you'll Never Walk Alone" : Origines Et Traditions

Partager

Le chant créé en 1945 à l'origine pour une comédie musicale a fait l'objet de nombreuses reprises et est devenu le chant légendaire des supporters du Liverpool FC

Nombreux sont les chants repris par les supporters lors des rencontres de football. En France, Angleterre, Italie, etc.. les spectateurs ne manquent pas d'imagination pour encourager leur équipe ou au contraire déstabiliser l'équipe adverse. Le chant le plus connu de tous des fans du ballon rond est sans doute celui des supporters des Reds de Liverpool "You'll Never Walk Alone". Il est à chaque fois un incroyable moment pour les fans de foot et ceux qui découvrent l'ambiance du stade d'Andfield Road.

Créé à l'origine pour une comédie musicale

Le chant des supporters de Liverpool est bien souvent repris à chaque rencontre par les supporters lors de l'avant match, pendant la rencontre et après celle-ci. Défaitistes ou victorieux, les supporters des Reds chantent cette musique de Gerry & The Pacemakers. Sortie en 1963, le titre est à l'origine écrit par Richard Rodgers et Oscar Hammerstein et créé pour la comédie musicale Carousel en 1945. L'objectif étant d'encourager Julie Jordan, femme de Bilie Bigelow enceinte et avec un enfant à charge. Le chant est également utilisé aux Etats-Unis lors des cérémonies de remises de diplômes afin d'encourager les étudiants.

Repris de nombreuses fois

En 2001, lors des Emmy Awards, l'artiste Barbara Steisand le chante afin de rendre hommage aux victimes des Attentats du World Trade Center, le 11 septembre à New York. Renée Fleming l'interprète également lors de l'investiture de Barack Obama à la présidence des Etats-Unis le 20 Janvier 2009. "You'll Never Walk Alone" est également utilisé pour le générique de fin du film de CellPhone avec notamment Samuel L. Jackson, fan du Liveprool FootballClub en 2016. Le chant est également présent dans les séries Télévisées. En 2018 Madelaine Petsch reprend la chanson dans un épisode de la deuxième saison de Riverdale.

 

Article également paru sur www.la-compo.fr