facebook Rise of Darkness
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Rise of Darkness

Rise of Darkness

Publié le 17 mars 2021 Mis à jour le 17 mars 2021
time 13 min

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Rise of Darkness

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine…

 

Chapitre 1 : Fantôme du passé

 

La paix n'est que mensonge.
Il n'y a que la passion.
Par la passion, j'ai la puissance.
Par la puissance, j'ai le pouvoir.
Par le pouvoir, j'ai la victoire.
Par la victoire, mes chaînes se brisent.
La Force me libérera.

 

Dark Zarz agenouillé dans ses appartements privés du sanctuaire sith sur Dromund Kass méditait sur les récents évènements qui l’intriguaient au plus haut point. Il s’était toujours considéré comme un privilégié, issue d’une noble lignée de sith au sang pur, sa dévotion au côté obscur et son ascendance ne soumettait aucune question. Il considérait les non sith comme des vermines, tout juste bonnes à occuper la position d’esclave. Dans son plus grand magnanime, il pouvait s’abaisser à les prendre à son service comme esclave personnel. Leurs destins ne faisaient aucun doute à ses yeux, les autres espèces étaient condamnées à le servir lui et les autres sith.

Il s’étaient donc toujours désintéressés de leur existence, mais un petit groupe d’esclaves avaient attirés son attention, bien que cachant leurs ambitions, il était évident qu’ils cherchaient à se procurer une place au sanctuaire sith, au cœur même du système de l’Empire. Même si la chose semblait inenvisageable, il s’en était dans un premier temps amusé. La tentative était forcément vouée à l’échec dès son commencement, mais à son grand étonnement le groupe avait grandi petit à petit, ralliant de plus en plus de partisans à sa cause, cela en devenait ridicule, comment de vulgaires esclaves pouvaient espérer obtenir une autre place au sein de l’Empire Sith ,que celle d’esclave qu’ils méritaient.

D’après les informations, qu’il avait pu recueillir à leurs sujets jusqu’ici, ils avaient réussi à son grand étonnement à faire l’acquisition d’un croiseur impérial, c’était une véritable aberration, comment pouvait-on laisser des esclaves diriger quoi que ce soit. Il allait devoir en référer au Conseil Noir et mettre fin une fois pour toutes à cette hérésie. Il fallait remettre à leurs places ces esclaves et leur faire comprendre que jamais ils ne pourront être les égaux des vrais sith tels que lui. Il leur serait toujours supérieur quoiqu’il advienne.

 

La colère montait en lui, malgré sa méditation il n’arrivait pas à canaliser cet afflux de haine qui commençait à l’envahir peu à peu. Il avait besoin  de se divertir, il fit donc appeler par son holo-com personnel son droïde protocolaire. Un droïde de classe 2V-R8 fit son irruption presque immédiatement dans la pièce.

- Mon Maitre ? Vous m’avez demandé ?

- Tu es toujours d’une perspicacité légendaire, répondit Dark Zarz avec une pointe de sarcasme dans la voix.

- J’essaye toujours de vous servir au mieux.

- Je voix que tu n’as toujours rien appris, passons. As-tu les informations demandées ? questionna Dark Zarz sur un ton de défi.

- Oh oui mon maitre, j’ai listé sur ce databloc toutes les personnes impliquées ou étant rentrées en contact avec le Seigneur Torzon, mais je dois vous signaler que..

- Donne-moi ça droïde et ne me fait pas perdre mon temps, le sith se saisit du databloc présent dans les mains du droïde et entreprit de le consulter rapidement. Il était autant énervé par le fait d’entendre qu’un esclave pouvait se voir accorder le titre de Seigneur que celui que son droïde ne l’avait pas informé plus tôt de l’avancement de sa mission. Il se retient néanmoins de le désactiver, il avait besoin des informations qu’il pouvait détenir.

- Des mandaloriens ? C’est intéressant, tu ne pouvais pas le dire plus tôt ? annonça Dark Zarz en fusillant le droïde du regard.

- Maitre pitié, ne me désactivez pas, j’ai essayé de vous le dire, mais vous ne m’en avez pas laissé le temps. Par ailleurs je tiens à vous signaler que la corruption s’étend même jusqu’aux services secrets sith.

- Les services secrets ?

2V-R8 venait de gagner un peu de répit, la tension de son maitre venait de retomber légèrement et il savait que ses prochaines paroles devaient sonner justes pour éviter une nouvelle désactivation temporaire, voire pire une désactivation définitive, s’il le décevait encore une fois.

- Oui, mon maitre, j’ai réussi à intercepter des conversations entre un dénommé Xanker et le Seigneur Torzon. Dans les derniers échanges entre eux il est question des mandaloriens que le Seigneur Torzon souhaite recruter pour une mission dont malheureusement je n’ai pas encore pu déterminer le but. Elle impliquerait également des impériaux.

Dark Zarz était pensif tout ceci ne lui disait rien de bon, on ne recrute pas des mandaloriens sans une bonne raison, l’implication des services secrets le laissait également songeur. Il devait en avoir le cœur net, ce fameux Seigneur Torzon, ainsi que son apprenti commençaient à devenir dangereux.

- La surveillance est toujours en place ?

- Oui mon maitre, nos hommes épient le moindre de leurs faits et gestes, leurs communications sont également sur écoute, comme celle de tous les individus que nous avons pu relier à eux.

- Bon travail, maintenant j’ai besoin de me détendre, nous reste-t-il encore des esclaves ?

- Oui mon maitre, la jeune humaine jedi a survécu grâce au nouveau droïde chirurgical, dont je vous ai recommandé l’acquisition, étant pourvu du dernier cri en termes de protocole de reconstruction cellulaire il est à même de maintenir en vie un sujet au-delà des limites physiques du sujet.

- Est-il prêt ? pesta Dark Zarz.

- Presque, le sujet est encore en phase de régénération de ses tissus biologiques et je recommande …

- Amène-la dans la salle d’interrogatoire et prépare là, le coupa Dark Zarz

- Bien mon maitre, il sera fait selon vos désirs, comme toujours.

 

2V-R8 s’éclipsa prestement de la pièce pour rejoindre la prisonnière détenue à l’étage inférieur à l’intérieur d’une cuve à bacta, pour l’amener  ensuite dans la salle d’interrogatoire. Dark Zarz détestait ce stupide droïde au plus haut point, mais son utilité compensait bien que partiellement son manque flagrant d’intelligence commun à tous les droïdes. Il se demandait s’il n’avait pas mal jugé le Seigneur Torzon et son apprenti, ils pouvaient se révéler plus dangereux qu’il ne l’avait imaginé au préalable. Il allait devoir garder un œil sur ces esclaves. Mais pour l’heure il avait besoin de se défouler et quoi de mieux que d’aiguiser ses talents sur une jeune jedi. Dark Zarz rejoignit le turbo élévateur au fond du couloir et descendit jusqu'à la salle d’interrogatoire où l’attendait 2V-R8, le droïde médical contrôlant les signes vitaux de l’humaine attachée à une chaise de torture. Bien que dans l’état où elle se trouvait les liens qui l’entravaient étaient superflus. Il était évident qu’elle n’irait pas bien loin. Une sonde interrogatrice planait également à côté du sujet en lui injectant à intervalles réguliers diverses drogues et sérums pour maintenir son attention et un semblant de conscience. 2V-R8 quitta sans un mot la pièce pour laisser son maitre s’occuper de la jedi. Il n’avait pas le moins du monde envie d’assister à une séance d’interrogation avec son maitre, il était déjà assez dangereux de se retrouver en sa compagnie en temps normal. Les interrogatoires pouvant le frustrer et provoquer sa colère il n’avait pas envie de se retrouver à ses côtés si cela se produisait. Le droïde médical s’approcha lui de Dark Zarz pour lui donner les dernières informations sur l’état de santé de la patiente.

- Le sujet est stabilisé, mais je me dois de vous avertir que son état est critique et que malgré toutes mes tentatives je doute que le sujet survive à un nouvel interrogatoire de votre part.

- Ce n’est rien, d’autres arriveront bientôt, de toute façon je commençais à m’en lasser, les jedi sont toujours des cas intéressants, par leur résistance, même si je suis quelque peu déçu de ce sujet, mais aussi par la force de leur volonté à ne pas trahir les leurs. Ils finissent tous par céder à un moment ou à un autre, mais il est intéressant de voir qu’ils croient pouvoir résister jusqu’au dernier instant et c’est à ce moment lorsqu’ils comprennent que tout espoir est vain que l’on peut enfin lire la peur et le désespoir les envahir et il n’existe rien de mieux que de se délecter de la perte de la foi d’un jedi envers la force et le côté lumineux pour sombrer dans les derniers instants de leurs vies dans le côté obscur. C’en est presque enivrant.

Le droïde médical demeura muet face au sith, il n’en attendait pas de réponse de toute façon. Il se retourna ensuite vers son invitée, il avait une nouvelle fois pris un grand plaisir à s’occuper de l’humaine, en lui laissant de temps en temps l’espoir qu’elle pouvait s’échapper puis en le lui retirant presque immédiatement pourvoir tous ses espoirs la quitter. Il s’était amusé à étudier son comportement pour mieux comprendre la philosophie jedi et leur résistance face à l’inévitable. Il était toujours surprenant de voir à quel point ils pouvaient se montrer têtus même face à l’inévitable. IL n’arrivait pas à comprendre comment ils préféraient tous mourir que d’accepter le pouvoir qu’il leur promettait. C’était une réaction parfaitement stupide, comment pouvait-on préférer se sacrifier plutôt que vivre et dominer.

Mais il était temps d’en finir, elle n’avait plus rien à lui apporter, bien que sa compagnie lui manquerait, car pour une vulgaire humaine elle était plaisante à regarder. Il se surprenait même à la trouver attirante, mais elle n’en restait pas moins une humaine de la caste des esclaves. Il avait également apprécié la briser au cours des nombreuses séances d’interrogatoires qu’il lui avait fait subir. Désormais à demi consciente et atteint d’une fatigue aussi bien morale que physique elle le regardait à peine pendait que lui de son côté la fixait droit dans les yeux avec envie. Il se délectait de voir peu à peu la vie la quitter.

- Comment allez-vous ma chère aujourd’hui ?

- Je … je …

-  Allons parlez plus fort je ne vous entends pas !

Dark Zarz envoya une décharge d’éclair en direction de l’humaine qui se raidit sur sa chaise avant d’y retomber lourdement. Le droïde médical intervient à ce moment.

- Je vous suggère d’éviter de …

- C’est moi qui décide droïde, reste à ta place si tu ne veux pas finir en pièces détachées.

- Bien sûr.

Le droïde s’écarta pour reprendre sa place derrière les moniteurs de contrôles de l’état de la patiente.

- Où en étais-je ? Ah oui !

Dark Zarz afficha un regard sadique envoya un nouvelle éclair en direction de l’humaine.

- Vous ne m’avez pas répondu, que pensez-vous de l’hospitalité sith ?

- Elle … elle est … parfaite.

La jedi peinait à trouver les forces d’articuler ses mots et tirait dans ses dernières forces pour tenir tête au sith, encore une dernière fois.

- Vraiment ? Vous m’en voyez ravie, j’avais peur que vous n’appréciiez pas votre séjour dans mes appartements. Il est rare que nous ayons des hôtes tels qu’un jedi, je ne voudrais pas que vous repartiez avec un mauvais souvenir de votre passage chez moi.

- C’est tout à … à votre … honneur.

- Mais j’insiste, si quelque chose vous a déplu signalez-le-moi, pour que lors de notre prochaine rencontre je procède aux ajustements nécessaires. Mais je crains fort qu’il soit l’heure de nous quitter, vous avez peut-être un dernier mot à dire avant de partir ? Nous pourrions peut-être avoir un moment juste nous deux pour nous dire au revoir ? Qu’en dites-vous ?

- C’est gen… gentil de … de votre part, mais jeje me dois de décliner … vo … votre offre, mais … je … vous passe les … salutations … de … votre … frère.

- Quoi ? Qu’as-tu dit ? Dark Zarz prit dans un élan de fureur envoya un éclair de force d’une rare violence en direction de l’humaine qui fit crépiter les instruments informatiques de la pièce qui s’en trouvèrent au bord de la surchauffe.

- Mai .. Maitre … Karzar espère … que vous … trouverez … la … la … paix.

L’humaine perdit conscience en prononçant ses derniers mots.

- Réveille-toi et parle misérable jedi, comment oses-tu parler de mon frère ? Je n’ai plus de frère !

Dark Zarz déchaina sa colère sur l’humaine en projetant une série d’éclairs qui la frappèrent avec violence dans le but de la ramener à un état de conscience, mais qui furent sans effet. C’est à ce moment que décida le droïde médical pour intervenir une nouvelle fois.

 

- Je suis désolé, mais comme je vous avais prévenu le sujet n’était pas prêt à subir un nouvel interrogatoire et il est inutile de continuer à tenter de la ranimer, car le sujet est déjà décédé.

- Silence droïde !

 

Dark Zarz envoya une onde de force en direction du droïde médical qui fut projeté à l’autre bout de la pièce et se fracassa contre la paroi en permabeton, avant de retomber lourdement et hors de fonction sur le sol.

- 2V-R8 entre immédiatement je te pris ! hurla le sith à travers la porte derrière laquelle attendait le droïde protocolaire.

- Il y a un problème mon maitre ?

- Nous avons besoin d’un nouveau droïde médical, notre unité était défectueuse et arrange-toi pour prendre un modèle dirons-nous plus efficace, déclara Dark Zarz en jetant un œil en direction de l’unité médicale dispatchée en plusieurs morceaux de l’autre côté de la pièce.

- Il sera fait selon vos désirs mon maitre, autre chose pour vous satisfaire peut-être ?

- Oui, renseigne-toi sur un dénommé Maitre Karzar, un jedi apparemment, fais-le discrètement, personne d’autre que moi ne doit en être au courant compris ?

- Bien sûr mon maitre, je m’y mets tout de suite Maitre.

 

Le droïde quitta la pièce laissant Dark Zarz seul avec ses pensées, décidément rien n’allait comme il le fallait d’abord cette histoire d’esclaves et maintenant ce fantôme du passé qu’était son défunt frère et dont il croyait en avoir définitivement terminer. Pendant ce temps, l’unité 2V-R8 se parlait à elle-même tandis qu’elle cherchait les informations demandées par son maitre via la console de données personnelles du sith.

- Je l’avais bien prévenu que notre maitre n’acceptait pas d’être contredit ou déranger, mais comme toujours ces unités médicales n’en font qu’à leurs têtes et se croient indispensables du fait de leurs compétences et de leur programmation sophistiquée. Il va encore une fois que je m’occupe de trouver rapidement un nouveau droïde médical performant si je ne veux pas être désactivé prochainement. Mais pourquoi le concepteur m’a-t-il envoyé ici ? Je suis un droïde protocolaire programmé pour les interactions officielles, la gestion du personnel et résidentiel, pas pour servir un sith dénoué de toute empathie, avide de pouvoir et qui risque de me désactiver à tout moment pour son bon plaisir.

- Tu disais quelque chose 2V-R8 ?

Dark Zarz venait de fait irruption dans la salle et toisait du regard le droïde en attendant sa réponse.

- Non, non rien mon maitre, je disais simplement, quel plaisir d’être à votre service.

Le droïde préféra mentir, c’est bien là l’une des fonctions qu’il trouvait indispensable depuis qu’il était entré au service de Dark Zarz. Si son maitre l’avait entendu, il serait certainement  déjà éparpillé dans toute la salle en plusieurs morceaux comme ce pauvre droïde médicale.

- Bien, nous avons du travail et pas de temps à perdre.

1
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
1
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
La PAL du mois de Juillet 2021
La PAL du mois de Juillet 2021

J'ai été très prise pendant ce mois de Juillet, donc forcement les livres proposés et lus en ont subis les cons&eacu...

Elodie Furtak
2 min
Alchemyst
Alchemyst

This is da story of an auto-initiation about love and magick about hate and soulfuck about rows and futharks for a t...

Nicolas Bialka
1 min
des trous dans ma mémoire
des trous dans ma mémoire

j'ai des trous dans ma mémoire qui me font vivre des histoires incroyables. ces trous dans ma mémoire me donnent &ag...

Nicolas Bialka
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur