10 - Chant de la séparation
cv

10 - Chant De La Séparation

Share

Un arbre dans OaxacaChant de la séparation 

 

 

A devoir te laisser, à te voir me quitter, à chaque fois, je meurs

D’une nouvelle mort, toujours plus douloureuse et toujours plus soucieuse,

D’une agonie, qui sur le temps s’étire, qui dans l’instant déchire,

Plus profonde et plus intense à mesure qu’amour croît.

 

De nos corps chaque séparation laisse dans mon coeur une entaille :

Qu’heure avant est lourde, et triste l’heure qui suit !

Or toute heure enfuie n’est-elle pas, pour les amants, pleine éternité

Comme le dit John Donne? Mon coeur dès lors se refuse à mourir !

 

 

Car chaque étreinte annonce la prochaine et chaque séparation est horizon

Proche et lointain - promesse, pour notre amour, de futures saisons !

Toute distance alors, à l’épreuve du manque, est nouvelle espérance 

Du désir, renaissance ! des mots, renaissance ! des rêves, renaissance !

 

Et, par mille stratagèmes, par mille battements, par mille élans, nos cœurs 

À l’unisson abolissent le temps en puisant à la source brûlante de la vie. 

 

 

Dans la nuit de Paris, 14 décembre 2019