"Le chant des partisans-croisade" ou "Le bruit de la révolte"

Politique

 

Des coins les plus reculés du pays, se lèvent hardiment des hordes de mécontents qui à défaut de refuser vaccination et/ou pass-sanitaire, tiennent à défendre chèrement leur peau de toute atteinte à son intégrité. Et ceux-là, face à ceux qui se disent autorisés à les faire rentrer dans le rang des assujettis en voulant les tatouer d'une encre qui se voudrait sympathique, mais attentatoire au droit le plus fondamental de notre démocratie, leur liberté d'être, de penser, de choisir et de décider en leur âme et conscience.

"Tu veux ou tu veux pas" chantait Zanini...

Tu veux ou tu veux pas
Tu veux, c'est bien
Si tu veux pas, tant pis
Si tu veux pas, j'en ferai pas une maladie
Oui, mais voilà, réponds-moi non ou bien oui
C'est comme ci ou comme ça
Ou tu veux ou tu veux pas
 
Tu veux ou tu veux pas
Toi tu dis noir et après tu dis blanc
C'est noir, c'est noir
Oui mais si c'est blanc, c'est blanc
C'est noir ou blanc mais ce n'est pas noir et blanc
C'est comme ci ou comme ça
Ou tu veux ou tu veux pas
...

En faisant fi des deux autres préceptes d'égalité et de fraternité, ces citoyens voient dans ces contraintes étatiques une inféodation au régalien. C'est leur droit et ils le manifestent déjà bec-et-ongles face à la Bête, à une époque ou tant ont baissé les bras et le pantalon qu'ils retenaient...

Les sans-culottes sont-ils de retour ?