facebook 5. Suis Ton Rythme
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
5. Suis Ton Rythme

5. Suis Ton Rythme

Publié le 28 oct. 2020 Mis à jour le 28 oct. 2020
time 7 min

5. Suis Ton Rythme

Ma Vie Sans Sucres Ajoutés - Chronique d’une renaissance psychique et physique

Je t'ai déjà dit que je n'aime pas les régimes ? Pas seulement parce que je suis un gourmand impénitent. Pas seulement parce qu'ils répondent trop souvent à des phénomènes de modes. Pas seulement parce que dans la majorité des cas, leur effet n'est pas durable. Mais aussi parce que sur le long terme, un régime privatif n'est pas tenable. Et justement, l'intérêt d'adopter une meilleure alimentation est de le faire sur le long terme. En s'adaptant régulièrement à nos besoins.

Apporter des changements dans son alimentation demande quelques efforts et quelques adaptations dans son mode de vie. Probablement même plus importants que ceux demandé par un régime ponctuel. J'en sais quelque chose. Et c'est pour cela qu'avant d'aller plus loin dans cette série d'articles, il me semble important de nous arrêter sur la notion de rythme.

S'il suffisait d'un coup de baguette magique pour apporter les changements que nous avons déjà évoqué, ce serait merveilleux. Je t'aurais indiqué depuis longtemps où trouver les meilleures baguettes magiques du marché. Mais ce n'est pas le cas. Au contraire, le chemin du changement est semé d'embûches. A commencer par le biais d'inertie qui nous fait paraître le changement comme bien plus compliqué qu'il n'est en réalité. Le découragement frappe vite à notre porte et s'installe confortablement sur notre canapé.

Par quels moyens éviter ce découragement et faire de ce changement une réussite ?

Je peux te proposer une recette simple en trois étapes :

1° Prendre la juste mesure du changement.

2° Trouver le bon rythme.

3° Te préserver.

La Juste Mesure du Changement

Opérer des changements dans son alimentation répond à un objectif. Qu'il soit question de perdre du poids, de se sentir mieux dans sa tête et dans son corps, de se préserver des maladies dégénératives ou pourquoi pas, par curiosité intellectuelle, ton objectif est ton moteur. Celui-ci défini, il existe cependant des erreurs que j'ai envie de qualifier de trop courantes.

La première est de croire qu'il faut TOUT changer, voire tout changer d'un coup. La seconde est d'attendre des résultats immédiats. La troisième est de vouloir suivre une recette toute faite.

Tout changer n'est peut-être pas adapté à nos besoins ou à notre situation particulière. Et vouloir tout changer d'un coup est simplement irréaliste. Admettons que tu ne sois pas habitué à manger beaucoup de légumes et que d'un seul coup tu te mettes à un régime entièrement crudivore. Ton petit corps ne va pas aimer... Tu en tireras bien plus de bénéfices si tu y vas en douceur et par étape.

Qu'en est-il des résultats ? Disons que la patience est ton amie et qu'il n'y a pas de règle. La rapidité à laquelle ces résultats se manifesteront varient parfois de façon significative d'un individu à l'autre, d'une situation à l'autre. J'insiste, nous avons vraiment chacun notre rythme. Et la seule règle en la matière est qu'il n'y a pas de règle.

Enfin, les recettes toutes faites popularisées par effets de mode ne sont qu’un miroir aux alouettes. Ce qui fonctionne pour d'autres ne fonctionne pas forcément pour toi. Et certaines choses peuvent clairement ne pas être adaptées à ton cas, voir t'être tout simplement déconseillées. Il appartient à chacun d'en juger par son propre ressenti et en concertation avec son médecin, son praticien de médecines douces, son diététicien.

Sois simplement prêt à essayer des choses, à te tromper parfois et à faire marche arrière quand tu as emprunté une voie inadaptée. De mon côté, je te proposerai au fil des prochains articles quelques clefs utiles pour t'aider à reconquérir ton autonomie diététique.

Trouve ton Rythme

Trouver son rythme propre (pas celui du voisin) est la clef d’une transition réussie. Trop rapide, le changement sera difficile à tenir physiquement et psychologiquement. Trop lent, les résultats se feront attendre et cela te mènera au découragement.

Ensuite, il te faudra le temps nécessaire pour ne pas surpasser la capacité adaptative de ton organisme, et aussi celui pour préserver le plaisir de manger. Et enfin le temps pour adopter et conserver la nouvelle organisation qui découle de tes nouveaux choix alimentaires.

Augmenter la part de produits frais non transformés va peut-être te demander de faire tes courses plus souvent ; surtout si ton espace de conservation est réduit. Fréquenter les magasins bio, privilégier les petits commerces de proximité et les producteurs locaux va certainement te demander d’aller à plusieurs endroits. Et préparer les repas à partir de ces aliments sains nouvellement arrivés dans ton panier va te demander du temps. 

Passer plus de temps à préparer les repas aura autant d’effets bénéfiques que tes nouveaux aliments sains eux-mêmes. C’est une activité qui détend et qui peut se faire en famille. Tu pourras te rendre compte que les enfants adorent participer à la confection d’un gâteau maison ou d’un jus de légumes frais. Et ce sera certainement l’occasion de beaucoup moins t’exposer à la narration toxique et abrutissante des médias de masse. Ce qui est une bonne nouvelle pour ta santé mentale et celle de ta petite famille.

Cuisiner des aliments sains, c’est aussi une preuve d’amour pour les siens. C’est aussi l’occasion de se réapproprier les goûts et faire fonctionner sa créativité en testant de nouvelles recettes.

 Ce changement de rythme va aussi se retrouver pendant la prise des repas eux-mêmes. Car déjà, naturellement, tu te seras échappé du rythme imposé de cette société gouvernée par la politique de l’urgence et le marketing de la peur. Et ensuite, parce que je te propose de prendre le temps de mastiquer.

Prendre le temps de mastiquer ? Oui, pour une raison toute simple : ta digestion.

La digestion commence dans la bouche avec deux phénomènes : le broyage des aliments et les enzymes salivaires. Une étape essentielle que le monde moderne a tendance à nous faire perdre dans sa spirale infernale. Essentielle au point que je te recommande de simuler la mastication quand tu manges une purée, de la soupe ou que tu bois un jus de légumes ou de fruits. De cette façon, ta bouchée d’aliments pourra être imprégnée d’enzymes salivaires.

En plus de faciliter ta digestion, cette technique laisse le temps à ton cerveau de faire le cheminement vers la sensation de satiété. Ça t’aide à manger moins et t’évite de te remplir de choses qui finiront évacuées par les voies naturelles ou stockées sous forme de graisses parce qu’inutilement ingérées en surplus.

En procédant ainsi, tu prends tes repas de façon plus détendue et tu y trouves plus de plaisir.

Prendre le temps, c’est une façon prendre soin de toi et de ceux que tu aimes. Trouver le bon rythme, c’est te respecter et faire confiance à ton ressenti.

Cuisiner sainement, c'est une preuve d'amour.

Préserve-toi

J’ai une bonne nouvelle. Tu n’as pas besoin de devenir vegan pour manger mieux. Ni 100% crudivore. Ne te définis pas par ce que tu manges. Défini plutôt ce que tu manges par rapport à tes besoins et à ta situation. Certes, tu fais forcément le bon choix en opérant des changements pour mieux t’alimenter. Pour autant, il demeure essentiel de te préserver et de préserver tes relations avec les autres. 

Les approches dogmatiques sont à fuir comme la peste. Cela t’évitera l’anxiété et la culpabilité du faux pas. Il n’y a pas de faux pas en terme d’alimentation. Il y a juste des choix, différents d’autres choix. Entre autre, le choix d’écouter son corps et de s’adapter à ce qu’il nous réclame. Si toute la semaine tu as une alimentation saine et réparatrice, ce n’est pas un apéro entre amis qui va soudain tout ruiner.

Dans un autre registre, les approches dogmatiques, voire extrémistes risquent de te couper te ton entourage qui te verra comme l’ami(e) pénible qui ne mange rien comme tout le monde. De même, respecte le choix des autres. Évite d’entrer en religion en te définissant comme quelque chose de supérieur et en méprisant l’autre. Ne te coupes pas du partage social autour d’un repas à cause de tes choix.

Enfin, quand je t’invite à te préserver, je t’invite aussi à préserver ton plaisir. Comme dirais une amie : « Si tu as envie de sucrer ton fromage blanc, fais-le. »

Si tu as envie de sucrer ton fromage blanc, fais-le.

Marjolaine Revel

Tu as envie d’un avocat, d’un ananas ? Tu culpabilises pour l’emprunte carbone ? Comme le dit si bien Dominique Guyaux, c’est infime, notamment comparé à la pollution générée par la cuisson des aliments.

Dans le prochain article, je te propose d’évoquer le poids d’une meilleure alimentation sur ton budget. Car c’est une remarque qu’on m’a souvent faite.

Photos par Sam Hojati on Unsplash

2
Coup de coeur
J'adore cet article
2
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
2
2
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Santé
Inné ou acquis
Inné ou acquis

Comment c’est possible que je sois une ex enfant précoce, oui car c’est de naissance, c&rsquo...

Anne-Sophie Campenon
2 min
L' Esprit.
L' Esprit.

Commentaire d'un Apprenti en devenir sur mon article en espagnol à propos de la Beauté et l'union du corps de l'esprit & du me...

Sylvie Dubaud
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur