facebook Comment surmonter un deuil ?
Comment surmonter un deuil ?

Comment surmonter un deuil ?

CREATIVE ROOM

Mon Journal

Comment surmonter un deuil ?

Contribuer

Je ne suis vraiment pas sûr de vouloir publier cet article. Mais si vous lisez ces lignes c'est que je l'ai fait. Comme vous avez dû vous en douter en cliquant sur le titre, il parle d'un événement très intime et personnel. Le deuil est vécu différement chez chaque personne. 

Je veux écrire cet article pour vous partager un bout de mon expérience face à ça et surtout pour aider d'autres personnes qui traverserait la même épreuve. Même si, encore une fois, chacun la vivra différemment. Je sais que le mot deuil peut prendre plusieurs significations, je traiterai ici de la perte d'un proche uniquement. 

J'ai perdu un ami d'enfance l'année dernière fin octobre. Il a perdu la vie suite à un accident de moto. J'ai dû accepter progressivement le départ d'Esteban. D'ailleurs un an après, je ne suis toujours pas sûr d'avoir complétement accepté cet événement. Avec le recul que j'ai sur la chose je peux tout de même vous donner les conseils que j'aurais aimé recevoir (même si j'en ai reçu énormémemnt de mon entourage et mes proches). 

En faisant des recherches pour cette article j'ai trouvé les 5 étapes du deuil de  la psychiatre Elisabeth Kübler-Ross (Déni, Colère, Marchandage, Dépression et Acceptation). Ce modèle est utile pour mieux comprendre ce que l'on traverse mais le terme "étape" est mal choisi selon moi. Car on ne passe pas linéairement du Déni à la Colère puis au Marchandage etc. Ce sont plutôt des états par lesquels on peut passer puis revenir, parfois même plusieurs fois. 

 

1e conseil : Prenez le temps 

C'est peut être la chose la plus difficile que j'ai dû admettre mais il faut se laisser le temps. Si on ne réalise pas encore que la personne que l'on connaissait à quitter ce monde, ce n'est pas grave. Il faut accepter de se laisser le temps de prendre conscience des événements. Je vous conseilleirai aussi de ne surtout pas étouffer vos émotions. Laissez les s'exprimer. Si vous avez besoin de pleurer, parler de ce que vous ressentez à quelqu'un ou être en colère, faites le. Cela peut faire énormément de bien je vous assure. C'est beaucoup plus douloureux et fatigant émotionnellement de cacher et intérioriser ses ressentis. 

 

2e conseil : Passez du temps avec vos proches 

Le deuil est une période difficile. Je sais que les mots ne peuvent décrire pleinement ce qu'on ressent à ce moment. Néanmoins, être avec vos proches permet d'avoir un soutien, un réconfort, comme un phare qui guiderait un bateau égaré en mer. Ayant un caractère plutôt solitaire, j'ai pu avoir certains moments où je me suis dit : "C'est bon je peux gérer tout seul". Je ne vous le conseille pas. Ce sont les moments que l'on passe en famille ou entre amis qui nous aide à mieux vivre notre deuil. Être seul ne va faire que remuer vos pensées négatives. 

Je tiens cependant à mettre une nuance sur ce conseil. Si vous avez l'intime conviction qu'être seul vous apporte bien plus de bien-être que voir vos proches alors faîtes ce qui est bon pour vous. Je n'ai pas la prétention d'écrire un article qui présenterait une vérité absolue. 

 

3e conseil : Déculpabilisez 

Durant le deuil on peut connaître une phase de Marchandage. Durant cette période on peut essayer de réécrire l'histoire : "Si j'avais été là peut être que..." "Cela aurait dû être moi","Pourquoi maintenant ?" etc. Ces réactions sont tout à fait normal et comme les émotions vous devez accepter qu'elles viennent à votre esprit. Vous ne devez pas vous en vouloir. Malgré tous vos efforts vous n'allez pas pouvoir changer les événements passés, malheureusement. Je suis très conscient que ces mots peuvent être dur à lire. Mais prenez le temps de les comprendre pleinement, les assimiler et accepter pas à pas ce qui se passe autour de vous. 

La déculpabilisation a été très difficile pour moi. Esteban et moi devions nous voir l'été qui a précédé son accident. Mais nous n'avons pas pu trouver un moment pour passer du temps ensemble. Innocemment j'avais pensé : "Ca ne fait rien, on pourra toujours se voir aux vacances de Noël quand je rentrerai chez mes parents". J'ai reussi à ne plus culpabiliser en acceptant le fait que je ne pouvais plus rien changer. Esteban était parti. J'ai pu aller le voir à l'hôpital et lui dire adieu. Même s'il était à demi conscient, j'ai l'intime conviction qu'il a entendu ma voix et a su que j'étais là dans ses derniers instants. Selon Pascal Ozouf (Acousticien) l'ouie serait le dernier sens à s'éteindre lorsque l'on meure.

 

4e conseil : S'occuper l'esprit 

Pendant votre deuil n'hésitez pas à faire des activités qui vous plaisent : regarder un film, lire un livre, sortir marcher... Si vous avez besoin de temps pour penser à l'être cher que vous avez perdu faîtes le, mais si je vous conseille de vous divertir c'est pour éviter de sombrer dans une dépression trop profonde. Cette dépression, même si le mot est fort, peut être une étape nécessaire dans votre processus de deuil. Mais elle ne doit pas vous enfermer dans une spirale des remords et de tristesse. 

Je n'ai pas eu une longue phase de dépression. Plutôt quelques moments très ponctuels où je n'avais plus d'énergie. Plus d'envie de rien. Je trouvais que plus rien n'avait de sens ou d'importance. Prendre conscience qu'on est en état de dépression est un premier pas (et pas des moindres) dans le processus du deuil. Cette prise de conscience, s'entourer des gens que l'on aime et s'occuper l'esprit permet progressivement de reprendre sa vie. Je ne dirais pas "reprendre sa vie normalement" car ce n'est pas possible. Il y a aura toujours un avant et  un après. 

NB : Je tiens à préciser que la dépression peut apparaître même sans deuil. Je vous partage ici uniquement les clés qui m'ont permis de sortir d'une tristesse profonde durant mon deuil. Je n'ai pas la prétention d'être psychologue et de vous tirer de la dépression en un article. 

 

5e conseil : Acceptez le départ.  

Très certainement l'étape la plus difficile. J'ai utilisé ce verbe de nombreuses fois dans cet article cependant c'est dans ces circonstances que je comprends tout le sens du mot accepter. Ici cela ne veut pas dire, "être en accord" (loin de là), mais plutôt prendre conscience, inclure cet événement dans notre réalité. Pour accepter la mort d'une personne il faut se laisser le temps. Ne pas vouloir aller trop vite. Si vous connaissez une personne qui vit un deuil n'essayez pas d'accélerer sa phase d'acceptation. Cela ne ferait que la brusquer inutilement ou pire avoir de mauvaises conséquences psychologques sur elle. 

En quelques mots, prenez le temps qui vous est nécesaire pour prendre conscience des événements. Appréciez le soutien inestimable que vos proches peuvent vous apporter. Ne lutter pas contre vos émotions et laisser les s'exprimer naturellement. 

J'aimerais vous conseiller les vidéos de Dirty Biology et La Chaîne Santé, qui parlent du deuil de deux manières différentes.

La prise de parole en publique n'est pas quelque chose avec laquelle j'ai dû mal. J'ai fait du théâtre et c'est même une activité qui me plaît. Néanmoins, mon discours qui a été le plus difficile à prononcer a été celui le jour des obséques d'Esteban. Je vous le partage ici pour conclure mon article en espérant qu'il a pu vous aider : 

 

Derniers mots à un frère

            Aujourd’hui, nous disons aurevoir à Esteban, un ami, un fils, un frère. Esteban a été la personne qui a mis du sens pour moi sur le mot « amitié » avant même que je ne sache l’écrire. Il m’a fait comprendre que l’on peut s’attacher de manière sincère et durable à quelqu’un même s’il n’est pas de notre sang. Nos parcours ont fait que nous nous côtoyons moins ces dernières années, mais cela n’enlève rien aux moments de bonheurs inestimables que j’ai passé à tes côtés. Je me rappellerai à jamais nos rires et nos conversations qui traitaient de tout et de rien, mais qui nous ont fait grandir l’un et l’autre. Tu es la personne la plus heureuse de vivre et enjouée qu’il m’ait été donnée de rencontrer. Je souhaite à chaque personne sur cette terre d’avoir un ami comme toi. Désormais, je vais devoir vivre et accepter ton départ. Aujourd’hui je te dis aurevoir, et souhaite que ton âme repose en paix à jamais.

Adieu Esteban. 

 

 

1
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
1
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink
Contribuer
Prolonger le voyage dans l'univers Bien-être
La rupture ou la disruption
La rupture ou la disruption

  Qu’elle soit dans la sphère personnelle ou professionnelle, et quelle que soit sa p...

Minh-Lan Nguyên
5 min
Et si on restait positif !
Et si on restait positif !

C'est vrai qu'actuellement avec la pandémie COVID19, les diverses catastrophes naturelles qui touchent beaucoup de pays dont le notre, le...

Jérôme Lombard
4 min
Fate, luck and separation 
Fate, luck and separation 

What separates me from the voice that cries For a spare bite of my food?   What separates me from the haggard hand...

Gillian D'souza
1 min