Congratulations! Your support has been successfully sent to the author
Moi, les animaux et les insectes

Moi, les animaux et les insectes

Published Apr 1, 2024 Updated Apr 1, 2024 Nature
time 8 min
1
Love
0
Solidarity
0
Wow
thumb 0 comments
lecture 50 readings
4
reactions

On Panodyssey, you can read up to 30 publications per month without being logged in. Enjoy29 articles to discover this month.

To gain unlimited access, log in or create an account by clicking below. It's free! Log in

Moi, les animaux et les insectes

J'aime les animaux ! Enfin, disons que j'aime certains animaux...j'aime mes animaux...

La pseudo-ferme

Je n'habite pas dans une ferme ! Étrangement, quand je dis à quelqu'un qu'il y a des poules, des oies, que j'ai eu des dindes, des cailles, des canards coureur Indien, que j'ai des chats et des chiens, la première question qu'on me pose est : "Mais tu vis dans une ferme, toi ?".

Du plus loin que je peux me souvenir, j'ai toujours vécu avec des animaux. Bon, je ne dormais pas dans un poulallier, mais j'ai été entouré par les animaux. Vivre à la campagne a des avantages : on a la place pour le bestiaire !

Je suis gaga des animaux : presque tous ont droit à un nom original ! Même quand il y a plus de dix oies, je les nomme toutes ! J'ai presque plus de sympathie pour ces bestioles que pour la plupart des êtres humains ! Je ne peux pas m'empêcher de penser que si le monde était dirigé par les vers de terre, on en serait pas là !

Les oies

Généralement, l'image publique des oies est très négative. On a tendance à les voir comme des petits démons à plumes qui vous arrachent les doigts et vous pourchassent en gueulant. Je vais corriger cette définition : ce sont des démons qui gueulent. Ils peuvent être mignons, mais ça dépend de leur âge et de la période de l'année.

Pour cet exemple, je vais vous parler de Louloute, une oie du groupe. Elle est, ou plutôt était, adorable ! Elle pouvait dormir pendant ses heures sur mes genoux, et aimait beaucoup cacher sa tête dans mon pull. Elle me suivait partout et adorait me chatouiller avec son bec. Pomme (c'est son nom), un mâle du même groupe, a été nourri plus jeune en était sur mes genoux, parce qu'il refusait de manger les graines. Tous les soirs, je lui rapportais des feuilles de pissenlit et je les découpais pour lui.

Peut-on dire que j'étais un papa poule ?

Aujourd'hui, on est en plein printemps 2024. Le printemps, c'est la renaissance ! Et la saison de la ponte des œufs pour les oies.

La pire période de l'année.

Ces adorables créatures gentilles et mignones deviennent des volatiles agaçants qu'on veut transformer en brochette pour le barbecue ! Les femelles protègent leur nid férocement, en criant avec une capacité pulmonaire meilleure que le plus doué des nageurs ! Les mâles veulent prouver leur supériorité en me sautant dessus (pour m'attaquer) à la moindre occasion, et au moindre appel de leurs demoiselles, ils rappliquent plus vite qu'Usain Bolt!

Alors Elysio, docteur en tas de plumes dangereux, vous donne ses conseils pour les maîtriser.

Technique 1 : La fuite

De loin la plus sûre, la fuite garantit votre intégrité physique et celle de vos oies. Cependant, elle n'est pratique que par terrain propice à ce genre d'exercice, de préférence par temps sec. Glisser dans la boue en pleine course-poursuite n'est pas conseillé. Il est aussi conseillé de savoir bien sprinter : les volatiles ne vont pas attendre avant de vous sauter dessus.

Technique 2 : LEAVE !!

Normalement, vous avez remarqué que les oies ont un cou assez long. Cette méthode demande plus d'expérience mais est relativement simple. Il suffit de prendre le cou de votre agresseur hurlant près de la tête, sans l'étrangler, et de le descendre au sol. Ce n'est pas grave s'il mange de la terre : ça lui apprendra à attaquer un humain trois fois plus grand que lui ! La nature étant bien faite, vous avez deux mains qui vous permettent d'immobiliser deux individus menaçants. Si un troisième arrive, courrez et grimpez dans un arbre. Testé et approuvé !

Une variante que j'ai essayée pour vous a aussi fait ses preuves. Si vous n'êtes pas à l'aise à l'idée d'attraper l'animal, vous pouvez prendre un bâton solide ou un manche à balai et garder le démon à distance. Plus efficace que l'eau bénite ! Et si vous avez envie de vous défouler et que vous n'avez pas de voisin proche, vous pouvez lui hurler dans les oreilles pour le faire partir. Prenez juste du sirop contre le mal de gorge au cas où...

Technique ultime : Le bouclier

Si vous n'êtes pas sportif ou que vous craignez les blessures, j'ai la solution pour repousser le monstre tout en garantissant votre sécurité : utiliser un bouclier. Et si vous n'en avez pas hérité par Tonton Gégé, vous pouvez toujours prendre un couvercle de poubelle, une planche, ou même une brouette ! L'oie, courageuse mais pas téméraire, prendra à son tour la fuite et vous pourrez la courser dans le jardin à votre guise.

Aucun animal n'a été blessé lors des tests de ces méthodes de défense. Pomme a fini par abandonner après 30 minutes de lutte acharnée.

Les poules

Honnêtement, je n'ai pas grand-chose à dire. Les coqs crient à six heures du matin, les poules pondent des œufs, ils font leur vie, ils se mettent à l'abri le soir...Ça a l'air fun, la vie de poule ! Les seules anecdotes que j'ai sont le sauvetage de six poules de batterie destinée à l'abattoir et les bêtises de Pâquerette. C'est une poule blanche que nous avons eu, et avec laquelle on a bien rien.

Les poules ne volent pas, mais Pâquerette était l'exception qui confirme la règle. On pouvait la lancer le plus haut possible, elle retombait très bien et s'en moquait royalement. Par contre, je ne vous raconterai pas la fois où elle a visé parfaitement le trou de ma botte pour lâcher sa fiente et me salir les chaussettes...ben, je viens de le dire, en fait.

Je vous épargne aussi les massacres des renards sur les poules. Les renards, c'est mignon, ça a une belle queue touffue, mais quand il y a des renardaux, je les déteste !

Les dindes et le dindon

Une période, nous avons eu deux dindes, dont une est morte rapidement, et un dindon. Zorro (c'est le nom de la femelle) était très amusante. Elle grimpait partout : les appuis de fenêtres, les grilles, les humains ! Et lorsqu'on l'imitait, elle virait au rouge et nous poursuivait dans le jardin en ébouriffant ses plumes. Mon frère avait l'habitude de se réfugier chez les oies en attendant qu'elle se calme. Zorro était pratique pour le jardinage aussi : elle était efficace pour retourner la terre avec ses pattes. Maintenant, on a un chien pour ça.

Saviez-vous que j'ai un charme fou ? J'ai réussi à séduire un dindon. À chaque fois que je sortais et qu'il me voyait, il se faisait plus large, faisait la roue et devenait rouge comme une tomate. Et il suivait comme ça partout. Je n'ai jamais trouvé les mots pour lui dire que je n'étais pas intéressé par une relation avec lui...

Les chats

Ah, voilà qui va parler à plus de monde ! On a eu des tas de chats. Pour n'en citer que quelques-uns : Marie, Maggie, Robin, Berlioz, Heimdall, Diane, Petite Plume (ne demandez pas d'où ça vient) et Orion.

À un moment, il y en avait 11 dans le jardin, en comptant nos chats et les chats errants du coin. Une femelle avait emménagé dans le garage abandonné pour y pondre (façon de parler, les chats sont des mammifères) neuf chatons. Rien que ça.

De toute cette ribambelle, on en a gardé un : Robin des maisons, qui est toujours chez nous et actuellement en train de miauler pour des croquettes. Je ne céderai pas...

Maggie est plus âgée, bientôt neuf ans. Elle est aigrie, râleuse, pleine de puces, avec des dents en moins, mais on l'aime comme ça. C'est la première à venir quand on pleure, et la dernière à venir quand on l'appelle. Elle nous a donné des sueurs froides en fuguant plus de dix jours l'été. Maintenant, elle est séquestrée en cas de canicule.

En juillet 2023, on a découvert trois châtons abandonnés près de la maison. Pendant une promenade, ma sœur et moi avons entendu des miaulements, et trois mini boules de poils humides sont arrivés sur la route. On les a ramené, nourri et soigné. Le sadique que je suis va vous planter un couteau dans le cœur en vous annonçant que Diane, une adorable bestiole câline est morte d'une maladie.

C'est idiot, je me suis auto-poignardé le cœur.

Ma mère ne voulant pas d'Heimdall, une tornade qui enchaînait les bêtises, on l'a donné à un ami de mon professeur d'aïkido. Mais les supplications ont fonctionné pour garder Orion, le petit dernier. Une crapule manipulatrice qui use de toute sa mignonerie pour me mener en bâteau. Je suis le roi des pigeons avec lui, et je me plie à toutes ses volontés. Mes frères et sœur avaient beau me dire qu'il était adorable par intérêt, ce que je savais, c'est plus fort que moi !

Mais ces derniers temps, il vient me faire des câlins volontairement, et adore dormir sur moi. Je finis par croire qu'il m'apprécie vraiment !

Les chiens

J'en ai eu deux. Le premier était un Terre-Neuve de 60 kilos, un vrai nounours adorable. Il a eu une belle vie et a vécu jusqu'à onze ans. La seconde est une chienne berger allemand. C'est mon bébé, ma princesse ! 30 kilos de muscles, de poils, de bave et de surdité quand il s'agit d'obéir !

Son éducation est...aléatoire. Soyons clairs, elle saute sur tout ce qui bouge : piétons, cyclistes, motos, voitures, tracteurs et camions. Cela dit, elle fait une gardienne de maison incroyable grâce à ça.

Cette fûtée arrive parfois a se défaire de son harnais le soir et commence à courser les voitures, avec moi en train de la courser elle. Elle aime aussi courir devant moi, et je me suis une fois cassé la figure en m'éclatant un genou sur la route. C'était deux jours avant un stage d'aïkido...je ne l'ai pas aimée cette fois-là ! Parmi ses passions, je compte aussi la création de cratères dans le jardin. On dirait une réplique du champ de bataille de la Première Guerre Mondiale, avec des cratères d'obus partout ! C'est de cette manière qu'elle a hérité de son surnom de bulldogzer. Elle aime bien essayer de manger les poules. C'est moins sympa, ça.

Les gens qui ont un chien, que donnez-vous comme récompense à votre chien ? Friandises pour animaux ? Jambon ? Un su-sucre ? Chez moi, c'est les carottes. Des ca-rottes !! Mon chien mange plus équilibré que moi !

Mais il y a des animaux qui, eux, mange des humains...

Les puces, frelons et autres bestioles

Je précise tout de suite : je ne fais pas l'élevage de puces ! Mais avec des chats et des chiens, ça arrive, comme les tiques.

Vous savez pourquoi je ne crois pas en Dieu ? Qui aurait eu l'idée d'inventer des saletés pareilles ? Qui aurait créé les moustiques, les puces, les frelons, les taons ?! Je les hais ! Je n'aime que les animaux à quatre pattes. Et je ne parle pas d'une araignée manchot !

On a des ruches dans le jardin, je peux vous garantir que ce n'est pas moi qui m'en occupe.

Et les taons, je les déteste depuis que l'un d'eux m'a piqué au bras pendant que je roulais à vélo et que j'avais tellement mal que j'ai dû rater le cours d'aïkido !

 

Bien, maintenant que je me suis défoulé, je vais faire un câlin à mes sacs à puces préférés et tuer deux-trois moustiques...

lecture 50 readings
thumb 0 comments
4
reactions

Comments (0)

Are you enjoying reading on Panodyssey?
Support their independent writers!

Prolong your journey in this universe Nature

donate You can support your favorite writers

promo

Télécharge l'application mobile Panodyssey