cv

5 raisons d'envoyer des cartes postales

Share

Elles sont loin les années 20 où les Français s’envoyaient 800 millions de cartes postales par an. Aujourd’hui, à peine plus de 200 millions de cartes sont déposées chaque année dans les boîtes aux lettres des Français. La raison ? Nos smartphones et les applis telles que Facebook, Instagram et WhatsApp qui sont beaucoup plus rapides que ces bouts de carton pour partager nos émotions. Pourtant, voici cinq raisons qui plaident pour un retour en grâce de la carte postale.

 

1. Un recto qui fait voyager.

« Souvenirs de Pibrac », des chats dans le ciel de Saint-Tropez, un vitrail d’une église creusoise, une rangée de bikinis à Pornic, ou encore la recette de la fondue savoyarde, on trouvera toujours l’image qui nous plaira. Cette image a le pouvoir de transporter bien loin celui ou celle à qui elle est destinée. Enfin, n’oublions pas que ces images, renouvelées en grande partie chaque année par les éditeurs, constituent un vrai témoignage ethnographique.

 

2. Vivre l’ici et maintenant de l’écriture.

La carte postale achetée, arrive le moment où on l’écrit. Cet instant est magique car à la pointe de son stylo-bille on vit son escapade plus intensément. Bien des années après, on se souvient encore du lieu et de l’atmosphère où l’on écrivit à cet ami. C’était par exemple au Nord de Philly, à l’heure dorée, sous le porche de la maison, avec le chien à côté.

 

3. Partager sa joie.

Au cœur de ses vacances, on prend cinq, dix, quinze minutes (pour ceux qui écrivent vraiment beaucoup) pour penser à sa grand-mère, son petit ami ou sa meilleure amie. Grâce à la carte postale, cet être cher qui est peut-être loin est d’un seul coup très près. On éprouve alors un plaisir immense à lui confier tout ce que l’on a vu, les gens que l’on a rencontrés, et toutes les sensations que l’on a ressenties. Un moment précieux où le cœur s’ouvre.

 

4. Dire "oui" à l'aventure.

 Imaginez que vous êtes à l’étranger, il faut d’abord trouver un timbre pour la France et, pour cela, parvenir à se faire comprendre. Il faut ensuite trouver une boîte postale, ce qui peut devenir un vrai cache-cache dans certains endroits. Enfin, il faut accepter, lorsqu’on la glisse dans la fente, que son destin n’est plus entre nos mains. Combien de milliers de kilomètres cette petite pensée cartonnée fera-t-elle avant de se retrouver dans les mains du facteur de Bergues ? Mince, a-t-on écrit la bonne adresse ? Trop tard...

 

5. Dire « oui » à la poésie.

« Quelle joie de recevoir ta belle carte ce matin. Merci beaucoup. Je t’embrasse fort ». Le pari est rempli ! Vous avez beau être revenu de Lisbonne depuis une semaine, votre grand-tante a reçu votre surprise à retardement. Au milieu des factures et des prospectus, elle a trouvé ce témoignage concret de votre affection. La journée commence bien.