cv

Favoriser la diffusion éthique

Share

Ca bouge dans le landerneau des Industries Culturelles et Créatives

La culture européenne produit un large éventail de contenus de haute qualité.

Ces contenus ont un impact social et économique renouvelé et sous-estimé, alors que les médias numériques aident à canaliser l'accès à de nouveaux publics. Les acteurs du secteur européen du contenu peuvent avoir des difficultés à innover pour poursuivre leur développement commercial, car le coût de leur identification, en termes de trésorerie et de flexibilité,  et  du développement de telles initiatives peut s'avérer contraire à leurs priorités opérationnelles du quotidien.

De nombreuses études le démontrent, au premier plan desquelles doit être cité l'excellent travail fourni tant par l'Observatoire Européen de l'Audiovisuel que par le CNC et le CSA :  le monde des ICC est secoué de mouvements d'innovation. L'arrivée intempestive de projets "disruptifs" vient remettre en cause des chaînes de valeurs établies, proposant de nouveaux modes, tant de financement que de diffusion, accaparant des canaux correspondant mieux au mode de consommation d'aujourd'hui.

Dans ce maëlstrom, on voit se multiplier les initiatives et les déclarations visant à inciter les industries de contenu européennes à se saisir de l'innovation, pour adopter absolument de nouvelles technologies visant censément à favoriser tant leur développement que leur résistance à un envahisseur plus ou moins bien défini. Et c'est alors autant de buzzwords qui bourdonnent aux oreilles de tout un chacun : IA, VR, Blockchain... traduisant peut-être une part de fantasme et sans doute une bonne part d'élucubrations non démontrées dans le monde de la création à l'ère numérique.  

Il existe pourtant de réelles opportunités pour améliorer l'accès de toutes et tous à la culture, tout en développant des solutions respectueuses des droits des créateurs, reposant sur la véracité validée des données traitées, et permettant d'établir un meilleur partage de la valeur pour l'ensemble de la chaîne concernée : artistes, producteurs, distributeurs, diffuseurs... La priorité doit être le cas d'usage, l'utilité finale pour le public cible. Enfonçons ici une  bonne porte ouverte ! La culture centrée produit et non usage dans laquelle nous vivons mérite sans doute que ce soit rappeler ici.

L'ouragan qui aura révolutionné notre accès aux contenus musicaux est arrivé sur le terrain de l'audiovisuel; il passera sans doute aussi sur le monde des médias d'information, et presque toute démarche allant des parcours muséographiques aux recueils de textes écrits ou à écrire. Tout en adhérant mieux au zeitgeist du consommateur et de la consommatrice, qui sont roi et reine, certains nouveaux acteurs ne s'embarrassent pas toujours d'inscrire le respect des producteurs de cette richesse au coeur de leur modèle économique. L'ascension de ces nouveaux modes de diffusion éclaire donc à son tour des problématiques qui nécessitent de meilleures solutions et une meilleure gestion.

Permettre aux professionnels de l'industrie du contenu concurrents de collaborer dans un environnement sécurisé ou de partager un outil commun permettra à son tour un accès simplifié et massif à de tels produits en Europe et au-delà.

Vouloir réunir des acteurs de différentes industries de contenu devrait être une priorité : pour instaurer cet esprit d'innovation et de collaboration, grâce au partage d'expériences, de données et de connaissances comme pour tester et développer ensemble de nouvelles approches. Cela passe par le fait de savoir éprouver et démontrer des modèles économiques novateurs pour la création, la distribution et la promotion de contenus, en tenant compte des nouveaux modèles et comportements du public, en tirant parti des technologies numériques disponibles et transposables pour permettre cette création.

C'est ainsi que l'ensemble des acteurs de cette chaîne de valeur bénéficiera ensemble, et non l'un sans l'autre, d'une existence sur les plate-formes en matière de contenu culturel.

Le monde de la culture fourmille actuellement d’initiatives innovantes, reposant sur des avancées technologiques parfois explorées dans d’autres industries et adaptées au secteur de la culture : événementiel, booking et management, mise en avant des artistes, travail sur la qualité de restitution sonore et vidéo ou augmentation de l’expérience utilisateur. Quelques exemples : réalité augmentée dans les parcours muséographiques, sur-titrages virtuels, caméras 360 et spatialisation du son... Grâce à différentes innovations, une start-up peut contribuer à renouveler et dynamiser le développement du secteur de la culture, en important ou en investissant dans de nouvelles technologies. Le dialogue et le partage sont au cœur du développement de ces projets, notamment par les microcosmes dédiés que proposent les incubateurs et pôles de compétitivités. 

L’apport des nouvelles technologies : focus sur Scenso.tv et Polkatulk

La blockchain représente une solution pour un nouveau système économique; il s'agit d'une famille de protocoles permettant de sécuriser et tracer des transactions sur la base de registres distribués.

L'usage doit en être transparent et immédiatement accessible, sans qu'il soit nécessaire d'acquérir une compétence technique : personne ne vous demande aujourd'hui de comprendre les arcanes d'internet pour envoyer un email et personne ne s'attend à vous voir exposer le principe d'un moteur, qu'il soit thermique ou électrique, avant de monter dans un bus.

Cette pile de protocoles peut être adaptée à différents domaines, au spectacle vivant comme à la musique ou d’autres biens culturels, notamment dans le cadre législatif de la Directive Européenne du Droit d'Auteur, qui réclame une meilleure transparence et proportionnalité dans la détermination des droits liés à une diffusion numérique.

Le développement de cas d'usage pourra apporter des innovations et des solutions intéressantes dans le domaine artistique, notamment par la systématisation, la transparence et l’audibilité permanente qu’elle propose, mais aussi la réduction du coût transactionnel du calcul et de la reddition des droits, au plus près de la consommation effective.

A la croisée des chemins entre la connaissance du spectacle vivant et celle des nouvelles technologies, Polkatulk cherche à démontrer la pertinence de deux innovations par la mise en œuvre de son projet Scènso.tv :

  • L’utilisation des protocoles de la blockchain pour la gestion des droits d’auteurs, avec la mise en oeuvre d'un service SaaS dédié,
  • La mise en œuvre d’une application web et mobile reposant sur une architecture découplée et décentralisée de micro-services (JAMstack).

Ces deux innovations majeures dans le monde de la diffusion culturelle favorisent l’émergence d’un nouveau modèle économique, permettant de lier le calcul des droits dus au chiffre d’affaires, ainsi que de potentialiser la meilleure mobilité pour mieux servir les clients finaux. Par ces innovations, Polkatulk et Scènso.tv permettent  l’accès au marché de produits culturels aujourd’hui peu ou non diffusés, en proposant des revenus récurrents directement traçables à des offres d’abonnement. Ceci favorise également une meilleure élasticité dans le financement des œuvres faisant l’objet de captations, en permettant une plus grande audace dans le choix des spectacles.

Scenso.tv : le spectacle vivant reste un loisir difficile d’accès

Scenso.tv, c'est un cas d'usage en production de l'ensemble des solutions de Polkatulk.  Cette plateforme de diffusion consacrée au spectacle vivant, c’est d’abord la réponse à une problématique de disponibilités de ces contenus : grands consommateurs, frappés par les problématiques de disponibilité et d'éloignement (géographie, économique ou social), les deux cofondateurs souhaitaient disposer d’une offre transversale de qualité, légale et aisément accessible et ce sans avoir à multiplier les abonnements. Portée par Polkatulk, cette plateforme a vocation à diffuser en sVOD un catalogue de films HD varié et éclectique, concernant toutes les disciplines du spectacle vivant, alors que la concurrence tend à proposer une offre dédiée à une seule. Sur Scenso.tv, il est donc possible de voir quand on veut et où on veut des spectacles de théâtre, opéra, humour, danse, concerts : musique classique, jazz, pop, rock, musique du monde, comédie musicale, cirque. C'est un projet fort dans la valorisation des captations sur scène. Scènso.tv a été créée dans l’idée de résoudre ces problèmes, promouvoir et faciliter l’accès aux spectacles. Elle trois grands objectifs : 

  • Ouvrir le champ culturel du spectacle vivant au plus grand nombre et offrir ainsi une nouvelle visibilité à celui-ci;
  • Valoriser la diversité des scènes française et européenne en facilitant l’accès à des programmes variés et éditorialisés;
  • Développer une source de revenus pour l’écosystème du spectacle vivant avec la blockchain comme tiers de confiance au service de la gestion des droits d’auteur.