facebook Mais qui est-ce AZ ?
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Mais qui est-ce AZ ?

Mais qui est-ce AZ ?

Publié le 13 janv. 2021 Mis à jour le 13 janv. 2021
time 5 min
CREATIVE ROOM

Anecd'auteur

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Mais qui est-ce AZ ?

Avez-vous déjà réussi dans votre vie, un truc que les autres n'auraient jamais tenté ?

Eh bien moi, j'ai osé le faire sans m'imaginer que mon surnom allait devenir une marque au sein d'une entreprise.

Je commence par vous planter d'abord le décorum. J'habitais la ville de Vesoul, préfecture de la Haute-Saône. Le numéro de département est le 70, ce chiffre est souvent visible sur les panneaux d'interdiction d'une vitesse à ne pas dépasser. "C'est tout de même un signe" dixit Coluche ! J'ai accepté une mutation professionnelle car ce challenge s'inscrivait totalement dans mon parcours de progression et d'apprentissage. Lorsque nous avons débarqué d'Avignon, ma famille et moi, avons subi un choc de culture.

Pour vous donner un repère précis, dans cette ville de province il n'y avait pas de restaurant Mac Donald's en 1994. Aussi, si vous souhaitiez déguster un hamburger, vous deviez parcourir environ 100 kilomètres aller-retour jusqu'à la prochaine ville « civilisée » soit Besançon. Ce département était le seul sur notre territoire qui n'était pas traversé par un kilomètre d'autoroute. 

En clair, nous avions remonté le temps et nous avons vécu au ralenti durant deux années. A Vesoul, c'était comme dans le secteur minier de l'époque des années 70 (Tiens encore ce chiffre) où toute la vie économique et sociale dépendait de l'unique grand employeur Peugeot (La marque du Lion). Aussi, durant ces deux années, je n'ai pas progressé du tout. Je m'ennuyais vraiment, c'est pourquoi j'avais décidé de sympathiser avec les cadres de cette plateforme automobiles. Ainsi, mon meilleur copain s'appelait Erick, un gars de petite taille, très accessible et surtout toujours prêt à rire. De caractère semblable, nous nous étions reconnus au premier regard. Erick m'avait dit :

- Alain, tu as l'air plus intelligent que ton chef, alors viens avec moi et je vais te présenter les personnes importantes à connaître sur ce site.

Aussi en un trimestre, je suis devenu une personne populaire et on m'avait même affublé d'un surnom : AZ ! Partout, dès que je croisais quelqu'un de chez Peugeot, on me saluait ainsi, même le Grand Directeur de l’usine PSA s'était plié à ce surnom. Les seuls à y échapper étaient finalement le personnel de l'agence Gefco, tels les irréductibles gaulois dans les aventures d'Astérix mais sans la potion magique.

Pour revenir à mon pote Erick, il m'avait présenté aussi au Patron de la Concession Peugeot. Nous allions fréquemment prendre un café à son bureau car il était toujours content de nous recevoir et de discuter d'autres sujets que les voitures.

Lorsque le modèle 406 sortit sur le marché national, j'eus une idée novatrice que j'exposai à mon équipe au sein de l'agence. Je leur ai proposé de récupérer ce nouveau modèle en concession, prêté par mon copain Philippe, et d’en faire profiter mes équipiers. Je découvris que sur Vesoul, c'était un parjure de vouloir effectuer cet essai avant les employés de l'usine PSA. J'appris sur le tard, que le week-end suivant, des 406 tout juste sorties de l'usine de fabrication de Sochaux Montbéliard étaient mises à disposition du personnel qui souhaitait l'essayer en famille. Vous me lisez bien, durant deux jours des RDV étaient préalablement effectués afin que la famille de chaque employé puisse monter à bord de ce nouveau modèle de la marque. Aussi, la majorité de mes collègues refusèrent ma proposition sauf deux femmes dont le mari travaillait à "la Peuge". 

Je leur confirmai que le vendredi nous essayerions la 406, elles étaient toutes fières et leur mari avait signalé que cet essai était impossible. Lorsque je me présentai à la concession, mon copain Philippe avait prévu les choses en grand. Il m'avait réservé le modèle de luxe, c'est-à-dire la 406 toute équipée avec les vitres électriques, l'intérieur cuir pour les sièges, la centralisation électronique des portes et la première climatisation. Et le clou du spectacle, la carrosserie avait été lustrée et sa couleur bleue nuit était tout simplement magnifique. Philippe me confia la télécommande de la voiture qui s'utilisait sans l'habituel clef de contact à introduire pour démarrer le moteur. Avec ce bijou de technologie, je pénétrai dans la cour de l'agence, mes collègues impressionnés de voir pénétrer en avant première ce véhicule. Je me souviens même qu'ils étaient collés à la fenêtre pour admirer cette superbe automobile et ils se refusaient à sortir pour l'admirer de plus près.

J'avais garé le bolide de telle sorte que tout le monde puisse l'admirer de son bureau. J'invitai mes deux collègues à regagner le véhicule et je leur proposai de le conduire à tour de rôle. Je me souviendrai toujours de leurs différentes remarques et surtout de cette phrase magique :

- Ce soir au dîner on va parler d'AZ car nos maris respectifs ne vont pas nous croire. Ils seront scotchés d'apprendre que vous nous avez laissé piloter cette 406.

Comme un bonheur ne vient jamais seul, "toujours en escadrille" dixit Jacques Chirac, le week-end d'essai familial réservé aux familles fût anthologique. 

Êtes-vous prêt pour cette information hors norme ?

Les deux camions portes voitures se présentèrent sur site pour ce week-end tant attendu. Ces deux poids lourds, estampillés Gefco, comprenaient chacun, six nouveaux modèles de 406. Puis, ces voitures furent déchargées des camions pour permettre aux familles de "la Peuge" de les essayer selon le planning de réservation. De mémoire, c'était une journée ensoleillée et tout était réuni pour un moment d'exception. Ce fût véritablement un instant à noter en lettres d'or sur le livre des best-off des bêtisiers. Le carburant mis dans les douze voitures avait été du gasoil et les moteurs devaient être alimentés en essence. Aussi, les voitures étaient inutilisables par l'ensemble du personnel. Plus de 100 personnes s'étaient déplacées pour rien, tandis que, de leurs côtés, le Grand Directeur et ses cadres étaient dépités. Puis une personne dans la foule annonça haut et fort :

- Eh bien on aurait dû se rendre hier chez Gefco car AZ faisait essayer le véhicule à son personnel.

Cette information fit le tour de l'usine et le lundi matin, le Grand Directeur de l'usine PSA contacta mon petit chef. 

- Savez comment a-t-il procédé AZ pour se procurer une 406 vendredi et la mettre à disposition du personnel de votre agence ?

Mon petit chef ne savait pas qui était AZ. Le Grand Directeur raccrocha son téléphone et il dit à son équipe dirigeante que je ne ferai bientôt plus partie du site afin d’occuper un poste à la hauteur de mes compétences.

Je tenais ces propos de feu à Erick qui avait été heureux de me raconter cette anecdote.

Je conclurai en disant que lorsque les choses sont, soi-disant immuables, cela veut dire qu'il faut absolument les changer et ce, vite.

1
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
1
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Tech

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur