facebook Je te le dis, François !
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Je te le dis, François !

Je te le dis, François !

Publié le 15 janv. 2021 Mis à jour le 15 janv. 2021
time 5 min
CREATIVE ROOM

Anecd'auteur

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Je te le dis, François !

Un jour de Mai, Gilles pénétra dans mon bureau avec une information qui allait transformer nos vies professionnelles et même personnelles à tous les deux.

- Chef, je sors juste de la Fnac et le vendeur du rayon des PC m'a présenté un article futuriste.

- Un nouveau PC qui ne plante pas constamment ?

- Encore mieux chef !

- Mieux que cela ! Alors je donne immédiatement ma langue au chat.

- La société HTC vient de sortir son premier Smartphone.

- Késako ?

- J'en étais sûr que vous alliez me poser cette question.

- Arrête de faire ta tête de suspense, tu sais bien que cela m'énerve...

- Soyez cool chef, si je suis venu à votre bureau, c'est bien pour vous en parler.

Effectivement, Gilles était aussi pressé de m'annoncer sa trouvaille que moi de savoir la signification du mot smartphone. Je connaissais bien mon équipier talentueux et érudit. Gilles m'expliqua que ce nouvel appareil, en plus de passer des appels téléphoniques et d'émettre des textos, offrait la possibilité de lire des mails..

Oui, vous lisez bien, pour consulter ses mails vous n'aviez plus besoin de votre Personnal Computer ou d'un Mac, votre "smartphone" proposait cette option.

Pour moi, c'était une véritable révolution numérique. Je demandai à Gilles de filer à la Fnac pour en acheter deux exemplaires car le filou avait bien argumenté sa demande. Il m'avait dit la phrase qui "tue" :

- Chef, nous serons les premiers dans l'entreprise à utiliser cette option sur notre smartphone.

- "Maphone" c'est le nom que tu m'as dit ?

- Hihihi!!! Non chef, un smartphone ! Si vous le traduisez de l'anglais cela veut dire « téléphone intelligent ». Comme nous chef !

- Arrête de faire ton intéressant et va à la Fnac (Fédération Nationale des Achats des Cadres).

Je n'avais pas terminé ma phrase que Gilles avait déjà disparu de ma vue et le connaissant bien, il devait déjà être au volant de sa voiture. Moins d'une heure après notre conversation, Gilles était revenu et m'expliquait le fonctionnement de ce nouveau gadget électronique.

Cette même semaine, nous avions une réunion régionale qui permettait aux Directeurs d'Agence de se rencontrer mais surtout d'écouter les préceptes du Directeur Régional. Notre supérieur hiérarchique nous faisait croire qu'il était à l'initiative de ses grandes idées. Nous n'étions pas tombés de "la dernière pluie", nous l'écoutions poliment, mais nous savions que ses pseudos-recommandations descendaient tout droit du siège social (cf un monde merveilleux). Mes collègues étaient sympathiques et nous passions une belle journée ensemble. Les ordres du chef n'étaient que rarement mis en place. Comme avec tous les petits chefs, il suffisait de leur faire croire que vous étiez d'accord et prêts à exécuter leurs directives, et ils étaient rapidement satisfaits.

Mes chers lecteurs, je veux bien vous l'écrire mais c'est un secret entre nous. Je ne voudrais pas que cette information fuite et se retrouve un jour sur un réseau professionnel !

Nous voici dans cette superbe salle de réunion où nous avions tout à portée de main ; des cafés parfumés, diverses friandises (des oursons en chocolat pour Pascal) des fruits de saison, des gâteaux marocains et des surprises dénichées par le Directeur d'Agence qui avait la lourde charge d'organiser ces réunions. Je ne vais pas vous le cacher plus longtemps, chers lecteurs, le suspense étant trop intense, c'était moi le GO. J'appréciais énormément de faire plaisir à mes collègues. A force, je connaissais les goûts particuliers de chacun d'entre eux. Je m'efforçais à ne rien oublier pour leur faire plaisir et.. en toute humilité, vous imaginez bien que je réussissais souvent à leur offrir ce bonheur instantané.

Lors de ces longues réunions stériles, le Grand Chef ne supportait pas que l'on puisse le déranger. Nous avions comme directives de l'écouter mais surtout de ne pas oublier d'éteindre la sonnerie de nos portables. François le plus intelligent d'entre nous, « oups » le plus ancien d'entre nous avait la manie d'oublier de mettre l'option silence du téléphone. Je lui glissais que mon nouveau téléphone pouvait lire mes mails, et qu’il n’était plus nécessaire d’être devant mon PC :

- Je te le dis, François, c’est possible.

La réaction de mon collègue fut humiliante, il me jeta cette réplique au visage devant mes autres collègues :

- Toi et tes conneries, on voit bien que tu n'as rien à faire de tes journées.

Aussi ma réflexion fut sans équivoque, il venait de me rabaisser en présence des collègues. Ma vengeance serait impitoyable contre cette andouille. Il m'avait vexé et mon esprit se concentra sur cette mission prioritaire. Je devais lui rendre la monnaie de sa pièce. Tout à coup l'idée germa et j'utilisai mon smartphone pour envoyer un mail à l'assistant de François. La mission de Thierry était basique, il devait joindre son chef François qui avait une question existentielle à lui poser. 

Puisque l'utilisation des portables en réunion était proscrite, Thierry devait contacter Lorence mon assistante afin d'interrompre la réunion et pouvoir ainsi échanger avec son chef. J'étais content de mon idée et je laissais, comme à la pêche, le poisson mordre à l'appât.

Le DR délivrait ses soi-disant « idées d'amélioration » quand Lorence frappa à la porte. Notre N+1, répondit d'une manière agacée :

- Entrez !!!!

Mon piège avait fonctionné, Lorence demandait à François de venir à son bureau car son collaborateur Thierry souhaitait lui parler en toute urgence. Dès qu'il fut sorti de la salle, je mis le deuxième étage de la fusée en action. Je m'insurgeais auprès du Grand Chef qu'un de "ses" soldats puisse agir de la sorte et interrompre son discours. En clair, j'avais excité notre Responsable Hiérarchique avec l'aide inattendue de mes collègues qui avaient mis "la deuxième couche".

Quand François réapparu dans la salle en me regardant du coin de l'œil, se disant que je l'avais bien eu, la foudre de son manager s'abattit sur lui. Mes collègues avaient, quant à eux, chargé allègrement la barque de François. Aussi, nous savions que notre Grand Chef était content de malmener un de ses collaborateurs. 

A la fin de la réunion, une fois que le Grand chef fût parti, de retour dans ses pénates, nous avons vraiment tous bien rigolé de cette anecdote. Depuis, après toutes ces années, je peux vous confier que François est devenu mon ami, ce qui atteste qu'il ne m'en a pas tenu rigueur et moi non plus. 

La moralité de cette histoire, votre qualité d'écoute reflète la qualité de vos relations, n'est-ce pas François ?

1
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
1
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Tech

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur