facebook Une histoire parmi tant d'autres.
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Une histoire parmi tant d'autres.

Une histoire parmi tant d'autres.

Publié le 13 janv. 2021 Mis à jour le 13 janv. 2021
time 5 min

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Une histoire parmi tant d'autres.

Dans mes précédentes anecdotes, je vous avais indiqué que le secteur du Transport était prolifique aux histoires de dingues. Que je vous l'eusse écrite était une chose mais que je vous le prouvasse maintenant en serait une autre.

Cette histoire abracadabrantesque se passait un matin au comptoir du bureau d'Exploitation. Un conducteur intérimaire était planté-là devant notre agent d'exploitation qui lui annonça sa mission à exécuter dans les meilleurs délais. Après les explications courtes données par mon collègue, le conducteur souffla comme par habitude. Nous ne faisions même plus attention et pourtant cette fois-ci, l'écoute active de cette personne aurait évité des déboires.

Le conducteur récupéra la pochette comportant les récépissés de livraison et sa lettre de voiture que nous lui avions préalablement complétée. Cette dernière indiquait les coordonnées exactes de l'agence de destination celle de Lille. La prestation au départ de notre agence de Gennevilliers (en région parisienne) jusqu'à l'agence de Lille devait occuper ce conducteur durant trois bonnes heures. Lorsqu'il serait arrivé sur site à Lille, nos collègues nordistes avaient déjà prévu un retour vers notre agence. Le conducteur nous salua donc avec un grand sourire (tiens il était content) et lança à la volée : 

- Bon, j'en ai au moins pour trois jours avec le boulot que vous m'avez donné à faire !

Comme je vous l'avais indiqué précédemment, nous n’écoutions plus les jérémiades des conducteurs. Certains d'entre nous en étions même allergiques. Le conducteur ferma les portes de sa remorque qui était chargée au complet pour des destinataires de la région de Lille et sa grande banlieue. 

La journée s'était bien déroulée dans son ensemble et pas de soucis graves à souligner ou presque. Nous reçûmes un appel de l'agence de Lille car notre conducteur, parti le matin vers 10 heures de nos quais, n'était toujours pas arrivé à 18 heures à l'agence lilloise. Nous appelions par pur hasard notre atelier de réparations et la société intérimaire pour contrôler si un conducteur au doux nom de Paul les avait contactés. Malheureusement, aucun appel n'avait été enregistré. Aussi, cette question fusa presque immédiatement :

- Mais où est passé "cette andouille" ?

Au sein du service Exploitation, tout le monde se regardait ébahi de cette situation pour le moins cocasse. Nous décidâmes d'attendre le lendemain avant de prendre une décision hâtive. Mais quand même, le conducteur avait bien reçu les instructions de mon collègue Olivier qui lui avait remis la lettre de voiture complétée par nos soins avec l'adresse de l'agence de destination.

Je ne vais pas vous le cacher mais cette histoire ne m'avait pas lâché durant la nuit. Je me demandais bien à quel endroit ce conducteur s'était positionné pour faire sa pause. Il s'était probablement assoupi sur un parking de délestage et il dormait, lui, les poings fermés. Lorsque je suis arrivé le matin, avant de saluer mes collègues, je m'enquis si nous avions eu des nouvelles du fugitif. 

- Rien, nada, me répondit Olivier.

Il était comme moi, intrigué par cette disparition du conducteur avec un ensemble routier et un chargement complet de marchandises. Nous prîmes la décision à contre cœur d'aller déposer plainte au commissariat le plus proche. L'agent de police nous posa plusieurs des questions précises et nous tentions de l'informer du maximum d'informations pour l'aider au mieux dans son enquête. Après avoir enregistré ce dépôt de plainte, nous retournions à l'agence avec le sentiment que cet intrépide allait refaire surface d'un instant à l'autre. Mon collègue Olivier exécutait ses tâches, davantage par habitude que par conviction. Nous avions décidé de refaire machine arrière pour essayer de trouver la faille dans cette pénible histoire. Nous appelions nos collègues lillois qui nous confirmaient que le conducteur n'était toujours pas arrivé à destination.

Nous nous étions résolus à nous dire comme nos amis anglais :

- Wait and see !

Puis, lors de cet après-midi brumeux, une éclaircie est venue comme par enchantement. Nous étions, enfin, en communication avec le conducteur qui avait disparu de nos radars. Ce brave homme nous contactait afin de connaître une station service partenaire de notre entreprise afin de procéder au remplissage du réservoir de son tracteur. Nous lui posâmes, de suite, la question tant attendue qui brûlait nos lèvres :

- Mais Paul, où es-tu ?

Sa réponse fut naturelle de sa part et il était en banlieue de Lille.

- Que fais-tu ? Tu ne trouves pas l'adresse de l'agence de Lesquin ?

Le conducteur nous répondit qu'il ne cherchait pas l'agence mais une station essence pour faire le plein de son véhicule.

- Ok, Paul on a compris mais pourquoi ne vas-tu pas déposer ta semi-remorque à l'agence ?

- Pardi ! répondit-il car je n'ai pas terminé toutes mes livraisons.

En résumé, Paul n'avait pas compris sa mission qui était de prendre ce changement à Gennevilliers et le déposer complet à l'agence de Lille. Le conducteur s'était pris pour un livreur et il desservait chaque destinataire selon les récépissés de livraison contenus dans la sacoche. Nous étions soulagés d'avoir retrouvé notre matériel roulant et nous indiquâmes au conducteur d'arrêter ses livraisons et de se rendre directement à l'agence de Lesquin.

Cette malencontreuse expérience m'a permis de modifier une de mes méthodes de management. Dorénavant, lorsque j'explique une tâche à un équipier, je lui demande toujours de me la répéter avec ses mots.

Eh bien, vous savez quoi le fait de collationner (c'est le verbe exact) a permis de supprimer tous les quiproquos. Cette particularité d'échange entre les deux parties a enrichi mes règles d'or du management.

Et vous, cher lecteur, racontez-moi une histoire, à votre tour, une anecdote mémorable ?

1
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
1
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Feuilleton corona, roman noir.
Feuilleton corona, roman noir.

"On se trompe à chaque fois que l'on veut expliquer quelque chose en opposant la Mafia à l'Etat ! ils ne sont jamais en rivalit&ea...

Cecile Voisset
11 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur