facebook Une histoire en or !
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Une histoire en or !

Une histoire en or !

Publié le 15 janv. 2021 Mis à jour le 15 janv. 2021
time 5 min

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Une histoire en or !

Tout commença par un appel téléphonique reçu à mon bureau de l'agence de Transport où j'occupais le poste de Directeur.

- Allo, je suis Monsieur Martin, Directeur de chez V.P.O., je vous contacte suite aux conseils avisés de Madame Blin.

Madame Blin était la dirigeante d'une imprimerie et une des clientes de notre agence. Elle avait gentiment indiqué nos coordonnées à son meilleur client qui rencontrait des problèmes de qualité avec son prestataire de Transport. Aussi, Monsieur Martin souhaitait me rencontrer pour connaître nos possibilités d'améliorer cette prestation essentielle, selon ses dires, à la bonne marche de son entreprise. Pour plus d'explications, il me proposait de venir à ses bureaux sur les hauteurs de Nîmes où était située sa villa. Avant de raccrocher il me glissa cette phrase :

- Ne venez pas armé, venez sans peur et sans reproche.

J'étais intrigué par cette phrase connue du Chevalier Bayard et sa signification m’interrogeait à plus d’un titre.

Je fis de suite le lien lorsque j’arrivais devant le sublime portail de fer forgé, qui une fois ouvert, vous laissait pénétrer sur une exceptionnelle propriété. Je garais ma voiture de service juste à côté d'une élégante Jaguar XJ6 de couleur bleu nuit. Cette voiture aurait été mon premier achat en cas de réussite totale dans ma carrière professionnelle. Un gardien armé me demanda de décliner mon identité afin de contrôler que j'avais bien un rendez-vous avec son patron. Puis, il m’accompagna vers la sublime demeure type provençale dont le propriétaire Monsieur Martin, certainement prévenu par son garde du corps de mon arrivée, vint à ma rencontre. Il me proposa de nous rendre à ses bureaux au rendez de chaussée de sa belle demeure. Plus tard, j'eus le privilège de visiter la propriété qui était décorée, grand standing, d’un goût subtil et classe.

Dès l’instant où je rentrai dans son bureau, mon regard fut immédiatement attiré par un bloc papier qui semblait être un lingotin d'or de 500 grammes. 

Monsieur Martin m'expliqua précisément l'activité de son entreprise "Valeurs Précieuses Or" qu'il dirigeait conjointement avec un financier allemand. Selon lui, son business était florissant et ses 40 commerciaux basés sur le territoire français avaient besoin d'un transporteur hors pair. Ce n'était pas une prestation bien compliquée, de prime abord, mais le prestataire actuel lui proposait un service exécrable. Pourtant, son entreprise avait choisi l'un des plus important groupe de Transport du monde. Il me précisait que les flyers publicitaires imprimés par le personnel de Madame Blin devaient être livrés dans les centres de distribution de la Poste en respectant un planning de livraison bien défini à l'avance.

Mon expérience d'organisateur de Transport, me permettait de connaître la force de notre réseau et je savais que nous étions aptes à réaliser cette prestation hebdomadaire. Monsieur Martin me précisa qu'il ne voulait pas négocier les bases tarifaires car pour lui l'important était la bonne qualité de la prestation, non pas le prix. Son besoin crucial était que ses flyers imprimés par Madame Blin et transportés par nos camions soient déposés dans les boîtes aux lettres des particuliers. Ces futurs vendeurs viendraient rencontrer un de ses commerciaux, dans un salon de l'hôtel, dont l'adresse était notée sur ses prospectus. Aussi, si ces sésames n'étaient pas distribués par les facteurs alors ses commerciaux patientaient pour rien. Les éventuels "vendeurs" n'étaient pas prévenus du passage de V.P.O. dans leur ville puisque sa publicité n'était pas diffusée.

Avouez que vous souhaitez savoir ce que V.P.O. faisait exactement comme activité !

La tâche principale des commerciaux de V.P.O. était de racheter des bagues, des alliances, des gourmettes, des boucles d'oreilles et des colliers mais exclusivement en or. Les personnes qui possédaient de vieux bijoux ou des pièces dépareillées pouvaient s’en délester contre quelques billets d'Euros.  Aussi, nous effectuons le transport en amont, non pas de ce métal précieux mais simplement des imprimés publicitaires. Notre professionnalisme nous permettait d'apporter des solutions d'amélioration que nous proposions régulièrement à notre nouveau client. Lors de l'un de nos réguliers échanges, Monsieur Martin me glissa :

- Je suis bluffé par la prestation que vous offrez à notre entreprise. Cela va nous permettre d'embaucher de nouveaux collaborateurs. C'est incroyable avec le précédent prestataire, je le harcelais au téléphone alors que vous, vous me challengez. C'est le monde à l'envers mais cette situation nouvelle me sied à merveille. Surtout, continuez à nous faire grandir. 

L'année, commercialement parlant s'est très bien passée pour V.P.O. car nous avions réalisé un sans-faute en livraison. De ce fait, les prévisions de Chiffres d'Affaires possibles avec ce client avaient dépassé nos plus belles projections.

Monsieur Martin pour me remercier de nos promesses tenues, me proposa d'assister au sein un très bel hôtel de la Grande Motte, à la plénière de sa société. Cette manifestation fut une journée prévue en activités nautiques et se terminait selon lui par une soirée à ne louper sous aucun prétexte. C'est vrai que la sortie en catamaran sur la Méditerranée fut un moment rare de pleine liberté. Cette journée exceptionnelle à plus d'un titre, fut clôturée par une réception très bien organisée, accompagnée d'un orchestre jouant de la belle musique de jazz. Monsieur Martin saisit le micro d'ambiance et devant plus de 120 commerciaux et leurs conjoints très souriants et heureux d'être présents à cette fête de leur entreprise.

Le Directeur Général me demanda de venir le rejoindre sur le podium. Je n'avais pas vu le vent venir. Il expliqua à ses commerciaux que leurs excellents résultats obtenus étaient grâce aussi à son personnel administratif très dévoué et compétent puis il insista sur la prestation faite par le transporteur. Les convives captivés par les mots du patron s'étaient interrompus de dîner. C'est à ce moment-là que Monsieur Martin demanda au public d'applaudir chaudement cette belle entreprise de Transport dont j'étais fier de la représenter en cette soirée de gala.

Une standing ovation m'a été réservée, les gens étaient contents de partager avec moi leur succès professionnel.

Je ne vais pas vous cacher combien c’est bon d’être applaudi de la sorte. Mon seul regret à cet instant-là a été de vivre, cette reconnaissance XXL, sans mes équipiers à mes côtés. Mes patrons n’ont que très rarement su me restituer leur gratitude du travail bien fait. C'était vraiment dommage et triste pour mes managers qui s'autoproclamaient de qualité.

Mon histoire résonne-t-elle en vous par ce manque de reconnaissance de certains managers ?

1
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
1
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Feuilleton corona, roman noir.
Feuilleton corona, roman noir.

"On se trompe à chaque fois que l'on veut expliquer quelque chose en opposant la Mafia à l'Etat ! ils ne sont jamais en rivalit&ea...

Cecile Voisset
11 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur