facebook Toi, le frère que je n'ai jamais eu !
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Toi, le frère que je n'ai jamais eu !

Toi, le frère que je n'ai jamais eu !

Publié le 17 janv. 2021 Mis à jour le 17 janv. 2021
time 5 min
CREATIVE ROOM

Anecd'auteur

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Toi, le frère que je n'ai jamais eu !

C'est étrange pour moi de vous raconter cette histoire mais une force intérieure me pousse à le faire. Cette anecdote fait partie de ma vie professionnelle en y mêlant aussi un peu beaucoup ma vie personnelle.

Êtes-vous prêt à m'offrir, chers lecteurs, seulement quelques minutes de votre temps libre ?

L'auteur vous en sera reconnaissant !

Comme tous les jours et à plusieurs reprises durant ma journée de travail, j'arpentais les quais pour échanger avec les équipes afin de ressentir si la suite des événements allait bien se dérouler. Je fais partie de ces managers qui pensent que la présence sur le terrain est une nécessité absolue. J'en profitais toujours pour veiller à ce que cette plateforme soit toujours présentable et surtout prête à toutes visites inopinées. 

D’ailleurs, je ne me souviens pas d'avoir été pris à défaut par l'un de nos clients qui arrivait sans prévenir.

Les visites étaient généralement programmées bien à l'avance afin de soigner notre bel outil de travail si rassurant pour notre clientèle. J’apprenais à mes équipes à toujours évoluer dans un environnement dépourvu de détritus. En revanche, nous étions habitués à ce que nos fournisseurs se présentant parfois sans crier gare. C’est ainsi que mon précepte de disposer une plateforme rangée, a toujours impressionné favorablement mes visiteurs d'un jour. 

Ce matin-là, ce prestataire était un soldeur en recherche d’un nouveau stock de marchandises diverses et variées et qu'il souhaitait nous délester. En effet, parfois au cours des opérations de transport notre métier générait des avaries. Sur nos quais et grâce aux activités multiples de notre clientèle, nous stockions toujours des produits hétéroclites et bien souvent encombrants. Ce fret ne nous permettait pas de jouir pleinement de la surface totale du quai si importante pour une exploitation dynamique et efficiente.

Samuel le savait bien et dès notre première rencontre, il a su habilement se rendre disponible. Sachant qu'une fluidité naturelle et immédiate s'était créée entre nous :

"Comme une lettre à la poste ". 

Samuel me confirma qu'il était friand de ce type de fret et que je me devais de le contacter à chaque occasion. La synchronicité allait nous mettre sur un chemin commun durant une trentaine d'années. 

Le même jour, j'avais un rendez-vous chez un nouveau client qui distribuait des meubles en kit pour la célèbre enseigne des 3 Suisses. Mon interlocutrice était très tendue lors de cette première rencontre. J'eus cru, tout d'abord, que mon style pouvait ne pas lui convenir. Je tentai de mieux appréhender son stress en lui posant des questions afin de comprendre cette situation.

- Madame Jourdain quel est l'axe d'amélioration actuellement au sein de votre service Production ?

Sans hésitation, elle me répondit :

- Je suis submergée par des palettes de meubles abîmés et je dois m'en débarrasser car cela occupe beaucoup trop de place sur ma plateforme logistique.😉 

Avez-vous une solution pour régler ce point bloquant, me demanda-t-elle ?

J'ai pensé, de suite, à Samuel le soldeur et je proposai alors ses services à Madame Jourdain. Son sourire avait réapparu subitement comme une éclaircie après un orage.

- Vous pouvez m'aider, Monsieur Alain, à me sortir cette " épine du pied" ?

Je lui demandai si je pouvais utiliser son téléphone pour contacter, sur le champ, mon prestataire Samuel le soldeur.

Si tôt dit …si tôt fait !!!

En fin d’après-midi, un rendez-vous avait été fixé afin d’aborder ce point bloquant. Le lendemain matin, Madame Jourdain m'avait chaleureusement remercié de lui avoir présenté ce nouveau prestataire de qualité. Selon ses dires, Samuel apportait à ses équipes de manutention un confort très appréciable.

De mon côté, le lien particulier créé avec Samuel, allait grandir jour après jour. J’appréciais énormément sa réactivité hors pair en toutes circonstances.

D’habitude, je me refusais à entretenir des rapports amicaux avec les prestataires. Je pensais que ma position me semblait alors tronquée. En revanche Samuel était l’exception qui confirmait la règle.

Dès le début de notre relation professionnelle c'était une évidence, nous n'avions pas besoin de nous rencontrer régulièrement. Un simple appel téléphonique établissait une connexion sans pareil. Sa femme m'avait même avoué, en toute discrétion, que son mari affectionnait nos conversations à un point tel qu'il s'enfermait dans son bureau en disant :

- Ne me dérange sous aucun prétexte je pars me " confesser " avec mon ami Alain.

Il ne me l'avait jamais dit le bougre. Son accent du soleil m'avait souvent « reboosté », lorsque parfois, je rencontrais des moments difficiles. Nos conversations étaient diversifiées et enrichissantes.

Je dois avouer qu’il me demandait souvent que je lui raconte une de mes nombreuses histoires drôles. Nous riions ainsi de bon cœur Samuel et moi …

J'étais content de pouvoir le percevoir joyeux à l'autre bout du fil. Nous partagions nos anecdotes. Nous échangions régulièrement malgré notre éloignement géographique. J'avais même le sentiment que cette distance était le sel de notre amitié.

Puis un jour, mon pote m’a confié qu'il n'était pas en forme et qu'il devait aller consulter un médecin. J'avais de suite ressenti que quelque chose ne tournait pas rond.

Mais Samuel était de la génération des personnes qui ne se plaignent jamais. Ā mon plus grand regret et malgré une première rémission, le crabe, l'avait tout de même emporté définitivement, un matin de printemps.

Le destin de la vie m'avait pris mon pote.

- Samuel, nos conversations interminables me manquent terriblement !

Je te remercie d’avoir été sur ma route durant ces trente belles années. Je pressens que de là où tu es, c’est toi qui a mis sur mon chemin, les quelques belles rencontres faites depuis ton départ

Je pense qu'il est au jardin d’Eden et je peux partir tranquille maintenant puisque, là-haut, je possède des connaissances des deux côtés. Je ne sais pas encore lequel me sera réservé, ce sera la dernière surprise. Si par pur hasard, vous croisez mon père (Cf "On ne dit pas cela à un enfant"), dîtes-lui bien que son fils n'est pas devenu un voyou.

Encore merci Samuel de ta patience et de ton écoute spécialement bienveillante et j’espère te revoir un jour.

Est-ce que vous aussi, chers lecteurs vous ressentez des émotions lorsque l'on vous raconte un florilège d'histoires de vie ?

Racontez-le-moi !

@Je remercie vivement Emmanuel Fazembat de m'avoir si gentiment accordé l'autorisation d'utiliser l'une de ces superbes photographies afin d'illustrer mon texte.

1
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
1
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Berta Isla
Berta Isla

Berta rencontre Tomas lorsqu'ils ont quinze ans. Ils sont des jeunes, amoureux et ils veulent construire leurs vies ensemble. Berta (espagnole)...

Sophie Laroche
2 min
L'instant d'avant ...
L'instant d'avant ...

Il s'est éteint, d'un souffle il a expiré et il n'est plus ... La nouvelle si redoutée est tombée, un simple coup de...

Albane Denantes
1 min
Itinéraire
Itinéraire

    J'ai retrouvé cette photo, hier. Cette photo d'hier. D'un hier d'il y a plus de 20 ans. Nous étions en train de d&ea...

Fanette Gimbert
4 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur