facebook La porte du pénitencier !
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
La porte du pénitencier !

La porte du pénitencier !

Publié le 15 janv. 2021 Mis à jour le 15 janv. 2021
time 4 min
CREATIVE ROOM

Anecd'auteur

Le titre n'est pas totalement approprié à mon anecdote mais je souhaitais, en le choisissant vous offrir chers lecteurs, un instant d’émotion. Le titre le judicieux aurait dû être :

« La porte du garage » (chanson française de Charles Trenet). 

Mais-là, il ne s'agissait pas de la vulgaire porte de garage de Monsieur et Madame « tout le monde », c'était celle du monstre sacré de la chanson française Monsieur Johnny Hallyday de Marnes-la-Coquette en Région parisienne. 

Un retour sur images et des explications complémentaires deviennent nécessaires à cet instant.

Il est évident que professionnellement parlant, nous les exploitants au service d'une société de Transport, nous étions comme aimantés par des situations cocasses et originales. Outre les échanges courants avec nos collègues des autres agences du réseau national, nous avions aussi des contacts quotidiens avec la clientèle. Cette dernière était de canaux différents, l'une constituée de professionnels du commerce et de l'industrie, l'autre de particuliers. 

Lorsque nous entrions en conversation avec un quidam pour lui apporter sa commande, je ne vais pas vous le cacher, les chemins prenaient parfois des virages inattendus.

Les personnes contactées étaient en général sympathiques et contentes de notre appel. Nous leurs apportions un bien qu’elles avaient pour habitude de transporter elles-mêmes jusqu’à leur domicile. A cette époque, le particulier n'était pas encore rompu à cette habitude de livraison. Nous avions donc essuyé « les plâtres » de la nouvelle livraison à domicile. 

Qui dit livraison, m’invite tout naturellement à vous évoquer la vie quotidienne d'un conducteur au sein d'un service de livraison. 

Cet homme simple possède une résistance hors du commun à la maltraitance. Sa journée débute par une première dispute de son épouse. Elle lui rappelle "qu'elle compte sur lui ce soir" pour une course en espérant qu'il sera de retour à l'heure dite. Puis ce brave homme arrive sur son lieu de travail pour exécuter sa tâche quotidienne de livreur. Au bureau d'exploitation, l'agent en charge de planifier sa tournée de livraison l'enguirlande, suite à une mésentente, entre eux deux, par rapport à l'organisation de sa tournée.

Après, il prend la route et croise très probablement un automobiliste irascible qui, énervé par les bouchons, l'insulte copieusement. Ce pauvre employé possède, selon l’automobiliste, un trop grand camion qui a bloqué la circulation. Lors de sa journée de travail, un des destinataires passe sur lui sa colère car la marchandise livrée ne correspond pas à sa commande. En y réfléchissant un peu, le conducteur est un livreur et non le préparateur de la commande.

Ce n’est pas encore terminé… Je poursuis son périple. 

Notre conducteur retourne en fin d’après-midi au dépôt, restitue son camion et remet les papiers de sa tournée de livraison. Là, un agent de bureau doit régler avec lui un différend enregistré durant sa journée de travail, cela se parachève par une remontrance appuyée. Notre sympathique routier n'a pas encore clôturé "son chapelet d'engueulades". Bien sûr, il est arrivé en retard à son domicile et sa femme lui réserve une dernière salve dont elle détient le secret.

En résumé, cet homme est-il dans la même configuration que le gars dans le sketch de Jean-Marie Bigard : "la chauve-souris enragée"?

Le sort se serait-il acharné sur lui tout au long de sa journée ?

Et bien NON, c'est le quotidien d'un conducteur qui se fait houspiller au moins 6 fois par jour.

Connaissez-vous franchement une autre profession dont un employé est aussi mal considéré ? 

C'est vrai que les conducteurs-livreurs étaient une catégorie à part. On s'interroge encore aujourd'hui sur le sens de ce désintéressement pour cette belle profession. Ah mince, je viens de me rendre compte que j'avais oublié de vous raconter l'histoire de la porte de garage de Johnny Hallyday.

Allez, je fais vite !

Un après-midi, je suis donc en communication téléphonique avec sa belle-maman.

Vous vous dites déjà, ça y est, il fréquente le gotha de la vie parisienne. 

Pour être sincère avec vous, c’était une véritable coïncidence mais étant le Directeur de l’agence, mes équipiers avaient préféré me confier cette mission inhabituelle. La belle maman était émue, non pas d'échanger avec moi, soyez-en rassurés, elle avait tout ce qu'il fallait à domicile. Elle pleurait d’énervement car elle avait procédé, trop rapidement, à la fermeture de la porte de son garage. Malencontreusement rabattue sur le toit du camion, cette porte s’était donc « voilée » (la porte du garage, pas la belle-mère de Johnny). La fermeture automatique de ce battant ne s’avérait donc plus possible en l’état. Un professionnel devrait intervenir pour le réparer. Je me souviens de cette phrase qui me fit frémir :

- Aidez-moi Monsieur, ce n'est pas la faute de votre chauffeur (aïe, encore une personne qui utilise le mauvais terme) mais si mon gendre rentre et s'aperçoit que ses motos ne sont plus en sécurité, je vais me faire "engueuler" (le conducteur devait se sentir moins seul). 

Puisque le quotidien de notre métier génère l'entraide, le partage et le vrai rapport humain, notre conducteur l'avait gentiment aidé à résoudre son problème. Elle nous remercia chaleureusement et nous offrit un beau cadeau. Ce présent, je le remis avec un plaisir non dissimulé à mon collègue Régis (cf " Une matinée à la brigade") qui était un admirateur sans limite de notre JOJO national.

1
Coup de coeur
J'adore cet article
1
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
1
1
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
L'Iliade
L'Iliade

Alors que sur l’Olympe les dieux s’amusent Eris, la d&...

Lionel Sanai
2 min
Le Pauduuu
Le Pauduuu

Miranda regarde son papa de ses deux grands yeux.Il a le front plein de plis comme le chien de nonna et des tas de piques sur le...

Chantal Perrin Verdier
2 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur