facebook Derrière l'illusion 4/5
Derrière l'illusion 4/5

Derrière l'illusion 4/5

Derrière l'illusion 4/5

Contribuer

Une enquête de sir Archibald Beck

 

Dix huit ans plus tôt

 

Alors que livide, indifférente au sang qui la souillait, elle fixait le cadavre de son mari, Archibald Beck eut bien du mal à voir en elle son unique suspecte.

Il s'avança sans vouloir l'effaroucher mais elle ne réagit pas, le laissant même sonder ses yeux comme si peu lui importait qu'il y lut son crime.
A genoux près du corps nu masculin que la mort n'avait pas encore rigidifié, elle ne devait pas réaliser en quoi la scène l’incriminait, pas plus que ne l’étonnait la venue tellement rapide d'un inspecteur de police.

Or l'inspecteur Beck avait reçu une missive peu avant l’homicide provenant de la victime elle-même dans laquelle le duc lui confiait des soupçons sur les intentions de sa femme. Il y déclarait se sentir menacé à un point tel qu'il avait dépêché un laquais avec ordre d'attendre qu'Archibald en ait pris connaissance pour le conduire à son logis.

Beck se pencha sur le mort, examinant au passage l'impact de la blessure, l'arme fichée à l'intérieur puis les dégâts causés sur la jeune femme encore présente sur le lit.

Portrait crayons Luminance par Chantal Perrin Verdier

Une fois son étude achevée, il la libéra en la remettant entre les mains de sa femme de chambre qui lui tendit sa robe de chambre.

Avant de rejoindre ses appartements, elle parvint à lui demander :
- S'est-il suicidé ?
Il observa le visage à peine crispé, certainement peu enclin aux larmes pour l'instant.
- Il est trop tôt pour le dire Madame.

Le policier poursuivit ses investigations, enchaîna sur des interrogatoires visant tant le personnel sur place que celui plus éloigné sur la propriété.

Enfin il posa les premiers éléments :

À 23 heures le duc Jeffrey s'est rendu chez la duchesse à qui il s’est opposé pour se réconcilier entre les draps conjugaux.
Plus aucun bruit n'a été perçu avant quatre heures du matin qui retentirent sur les cris de Lady Éléonore tirant du sommeil le personnel le plus proche.
La position de la duchesse laisse entendre qu'endormie aux côtés de son mari, elle s'est à son réveil précipitée vers lui pour le secourir ou constater la gravité de son état, fait que son témoignage a corroboré.
Une seule blessure, au cœur, là où la lame a été fichée avec une précision anatomique, est responsable de la mort d'Aswell.
Le choix de l'arme blanche dénote le caractère agressif, voire sadique, du coupable ce qui ne cadre pas avec le portrait de la duchesse dressé par la domesticité.
Je refuse de me prononcer déjà et ai quitté les lieux pour un repos propice à la clarté de mon raisonnement.

 

Éléonore attendait depuis trop longtemps dans la salle qui jouxtait le cabinet du notaire dont la missive ne pouvait autrement être qualifiée que de "convocation".
Après force courbettes et excuses, ce dernier finit par la faire entrer en adoptant la gravité que réclamait la situation.

- Je dois vous informer, à regret, Madame la Duchesse que je ne pourrai aborder avec vous les clauses du testament qu'après lecture de cette lettre écrite - par votre époux le duc - au moment de la rédaction de ses dernières volontés. Je vous laisse la parcourir.

Document réalisé par Chantal Perrin Verdier

Éléonore arrêta là sa lecture car elle se savait déjà enceinte.
Elle avait pris sa décision.

                                                      *   *   *

La force du coup porté ainsi que l'angle d'insertion de la lame dans la plaie étayaient son hypothèse : c'est le mort lui-même qui s’était planté l'arme dans le cœur.
D'autre part l'absence d’éclaboussures sur le corps drapé de la duchesse prouvait son innocence parce que vu la violence et l'impact du geste meurtrier, il aurait dû être maculé de tâches de sang, nombreuses et réparties sur le tissu au lieu de se concentrer sur deux traces dont il avait été imbibé au niveau des seins (lorsqu'elle s'était penchée) et sur le poignet (lorsqu'elle l'avait touché).

Pourquoi alors une telle mise en scène ?

Réputé pour un machiavélisme savamment déguisé, le duc de Mornworth s'était donné beaucoup de mal pour faire accuser son épouse.
Accusation dont ne se défendait aucunement la femme en question.
Quels étaient les véritables enjeux ?

Il lui faudrait encore quelques années avant d'obtenir d’elle des réponses, le temps que la régularité de ses visites affermisse la confiance née au moment il lui avait appris les résultats de l’enquête.
À l'époque elle lui avait manifesté sa surprise en lui demandant comment il avait déduit le suicide d'un tel imbroglio ?

Face au brio de son analyse en avance sur son temps et à l'esprit logique qui en était la source, La duchesse de Mornworth avait insisté auprès des autorités pour que lui soit décerné un prix ou une récompense.
L'amitié entre Lady Éléonore et l'inspecteur Archibald Beck était en passe de devenir célèbre.
La royauté avait donc accordé le titre de "Sir" à Archibald qui officialisait de la sorte ses talents en renforçant l'estime de ses pairs.

Ce qui faisait paraître d'autant plus mystérieux le choix du duc de Mornworth : en appeler au seul inspecteur à même de déjouer son plan ...

 

Photo de couverture : Le respect de l’étiquette à l’époque victorienne, article de Lise Antunes Simoes

Illustration dans le texte : Chantal Perrin Verdier

 

 

2
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
2
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink
Contribuer
Prolonger le voyage dans l'univers Culture