facebook Les tranches de pain sont trop courtes !
Congratulations! Your support has been sent to the author
Les tranches de pain sont trop courtes !

Les tranches de pain sont trop courtes !

Published Jan 13, 2021 Updated Jan 13, 2021
time 4 min
CREATIVE ROOM

Anecd'auteur

Les tranches de pain sont trop courtes !

Comme je l'ai déjà évoqué lors d'une précédente anecdote (cf. Le diable sera nécessaire), le secteur du Transport n'a pas toujours recruté des prix Nobel à commencer par votre serviteur.

Aussi, il nous arrivait parfois de croire que le potentiel de certaines personnes n'avait pas été livré le jour de la fabrication. J'apprécie l'expression citée ci-dessous pour mieux appréhender mon texte qui suit : 

 " Il n'avait pas l'électricité dans toutes les pièces"

L'action s'est passée lors d'une journée ordinaire au sein d'un service d'Exploitation d'une agence de Transport. Ce matin là sur la plateforme de quai était présent Stéphane, un très bon garçon, honnête et travailleur mais il n'avait pas...

Je lui demandai de venir au bureau car cette journée serait dense au niveau de la quantité de travail à exécuter. Stéphane se présenta à moi bien décidé à empoigner la vie, le cœur léger et le bagage un peu mince. Je lui indiquai que durant la journée, un des camions qui devait se présenter à nos quais serait les Transports Zimmermann. Je n'avais pas terminé ma phrase que j'aperçus un sourire en coin de Stéphane. Puis, ce dernier me rétorqua :

 - Chef, les affaires reprennent à ce que je vois !

Je dus lui expliquer, en toute décontraction, que je n'étais pas le dépositaire officiel de ce nom de famille. Il s'agissait d'un homonyme tout simplement et qu'aucun lien de parenté n'existait entre ce transporteur et mon humble personne. Je ne peux pas vous affirmer, encore aujourd'hui avec certitude, si mon collègue de travail avait cru à mes allégations. Aussi, je lui indiquai que le conducteur du camion allait déposer deux palettes de cartons de pain de mie qui avaient été abîmés lors d'une livraison. Je précisai à Stéphane qu'il devrait prendre des réserves précises et motivées sur la lettre de voiture du conducteur. Pour éviter toutes mauvaises compréhensions, je lui signalai que la formule bien connue "sous réserves de déballage" était une information nulle et incomplète. Stéphane me répondit qu'il était un professionnel dans son métier et qu'il était fier que je lui attribuais cette mission de confiance. 

 Reconnaissez que ce type d'affirmation ne pouvait que me rassurer, n'est ce pas ?

 Nous repartîmes chacun de notre côté en ayant la fierté du travail à accomplir pour notre employeur. Vers 11 heures, ledit transporteur se présenta à nos bureaux pour signaler sa présence. Je lui indiquai qu'il devait se présenter sur la plateforme de quai et s'adresser à notre Stéphane. Le conducteur nous salua et il se dirigea vers les quais. Avant la pause déjeuner, Stéphane apparut au bureau avec à la main un exemplaire de la lettre de voiture émargée, datée et signée par Stéphane.

Ce dernier me dit, lorsqu'il déposa ce document dans une bannette posée sur mon bureau :

 - Chef, du vrai travail de pro !

J'aperçus fugacement que des lignes d'écriture avaient été manuscrites par Stéphane. Rassuré que cette mission de confiance fût exécutée avec brio, je continuais mes missions du jour car le volume d'affaires était rythmé ce jour-là.

En fin d’après-midi, lors de la synthèse de ma journée mouvementée, je pris un moment de recul pour classer les différents documents. Je fus attiré par les lignes d'écriture de notre cher Stéphane. Je tiens à vous rappeler que la marchandise déposée à nos quais était à classer dans le rayon des litiges. Le fret avait été refusé par le destinataire car les cartons de pain de mie avaient été enfoncés et leur commercialisation impossible en l'état. L'anomalie constatée était imparable et c'était pour cette raison que le fournisseur (notre client) nous avait demandé de lui retourner cette marchandise refusée à la livraison. J'attrapai ledit document, cette lettre de voiture à l'entête des Transports Zimmermann, et je lus la prose écrite par mon collègue. Stéphane avait noté en lettres capitales d'imprimerie la formule suivante :

 " LES RÉSERVES, COLIS ENFONCÉS CAR LES TRANCHES DE PAIN SONT TROP COURTES"

 Je déposai alors dans un premier temps la lettre de voiture sans étonnement. Je repris rapidement le document avec une vive réaction. Je relus avec toute l'attention nécessaire ces réserves futuristes et complètement décalées. Notre Stéphane n'avait pas déposé des réserves précises et motivées mais plutôt l'avis "d'un expert" du conditionnement.

En conclusion, cette lettre de voiture fût photocopiée et diffusée à mes connaissances professionnelles. Ces dernières m'avaient affirmé que cette lettre de voiture annotée, pouvait entrer sans vote préalable, dans notre livre des perles du Transport.

Merci Stéphane et je peux l'écrire "sans réserve" : nous t'apprécions beaucoup !

1
Blow to the heart
I love this article
0
Stroke of genius
Brillant
0
Give a hand
This was useful to me
0
Publicity stunt
I wish to promote it
0
Hats off
The topic was very interesting
0
Not thrilled
Doesn’t fit Panodyssey’s standards
1
0
0
0
0
0
Share the article
copylink copylink

Comment (0)

You can support the independent writers you care about by making a donation to them

Extending the travel in the universe Culture
Four Dead Queens d'Astrid Scholte
Four Dead Queens d'Astrid Scholte

Ce que tu veux tenir secret ne le dis à personne. Que faire quand on est la seule personne à connaître des informatio...

Elodie Furtak
2 min

donate You can now support your favorite writers on Panodyssey!