cv

START-UPS : Le digital au service du patrimoine

Share

Le patrimoine historique français est quelque peu délaissé dans le monde du digital. Sous la verrière des Beaux-Arts, il ne pouvait qu'être mis en lumière.

 

Le château de Chambord. Photo Wikimedia Commons

 
45 000. C'est le nombre de monuments historiques en France. Alors que la renommée du patrimoine historique français n'est plus à prouver, il est pourtant peu connecté. Selon Christian, fondateur de Patrivia, 40 % d'entre eux n'ont même pas de site Internet. Les start-ups Rewind, Kultizit et Patrivia veulent rendre ces bijoux de la culture plus adaptés au monde moderne.
 

Rewind, mieux visiter grâce au podcast

 
Rewind est une start-up présentée par Julien Wouters, jeune entrepreneur de 28 ans. La plateforme propose des podcasts géolocalisés via une application smartphone. Elle part du constat suivant : le tout premier réflexe des touristes est de se balader en ville.
 
Ainsi, Rewind propose divers circuits. Dans l'exemple de Paris, on a les passages couverts, le Paris du crime, ou encore les mythes et légendes. Certains se veulent amusants et plus légers, comme le podcast sur l'immeuble de Jim Morrison. Les voix sont attractives. L'une d'entre elles n'est autre que la doublure française de Bruce Willis. Une partie du patrimoine devient ludique, accessible, dans un angle original. L'application sera disponible cet été, avec un accès total à 3,99€/mois. 
 

Patrivia, planifier ses visites plus efficacement

 
Christian Clarke de Dromantin a fondé Patrivia en 2016. L'entreprise propose un système de billetterie centralisée pour les monuments historiques. Les propriétaires peuvent proposer leurs prestations sur le site. Les frais de gestion sont offerts et la plateforme prend 20 % TTC sur les ventes. Plus de quatre cents châteaux et musées sont inscrits sur Patrivia. La start-up se donne comme objectif de donner plus de visibilité aux monuments plus discrets, notamment ceux qui n'ont pas de site Internet. L'initiative est soutenue par Stéphane Bern, entre autres. 
 

Kultizit, améliorer la visibilité des monuments

 
Kultizit, quant à elle, veut donner une meilleure visibilité des monuments historiques. En partant du postulat que 100 % des touristes sont connectés, Cyril Chedhomme propose un annuaire dynamique augmenté d'IA rédactionnelle. Les descriptions des monuments seront générées par des algorithmes à partir de bases de données d'informations publiques. Celles-ci seront accessibles sur des mini-sites pour chaque monument. Les propriétaires de ceux-ci pourront acheter, moyennant un abonnement, leur page internet. Ou alors, pourquoi ne pas renvoyer les visiteurs potentiels vers la billetterie centralisée Patrivia ? 
 
Il est temps de mettre à niveau le patrimoine historique, les trois entreprises que nous venons de voir l'ont compris. Ces innovations dans l'accessibilité des monuments profiteront à tout le monde : touristes qui pourront cibler leurs visites plus facilement, mais aussi propriétaires qui manquent d'argent et dont leur lieu gagnera en visibilité. Et pourquoi pas, via les podcasts comme sur Rewind, rendre la culture plus accessible à tous.