cv

L’IA, avancée ou recul pour l’humanité ?

Share

Dictature technologique

 

En Chine, les visages des piétons sont scannés par des centaines de milliers de caméras. Une personne qui traverse alors que le feu est rouge est immédiatement identifiée. Résultat ? Les gens ne grillent plus les feux parce qu’ils savent qu’ils sont observés. Ou plutôt traqués. 

 

À l’image des CCTV au Royaume-Uni, les caméras mises en place utilisent la reconnaissance faciale pour identifier les citoyens chinois. La vie privée n'est donc plus un droit, mais un privilège. À moins de se promener dans la rue avec un masque, il est impossible d’échapper à ce phénomène. Le monde de George Orwell est-il en train de se dessiner peu à peu devant nous ?

 

La Chine est connue pour être une dictature, ou plutôt une dictature technologique. Si les nouvelles sentinelles sont des machines, aucun citoyen ne peut échapper à son contrôle. L’intelligence artificielle est au service d’une nomenclature, et elle ne cesse de s’améliorer grâce au machine learning, ou apprentissage profond, qu’il n'est plus nécessaire d’expliquer aujourd’hui. L’IA est donc un moyen et non un fin. À défaut d’y échapper, il vaut mieux la comprendre pour être averti de ses nombreux dangers. Les réseaux sociaux collectent des données sur nos habitudes, nos goûts, nos consommations, et sont alimentés depuis des années par l’IA. 

 

Des avantages non négligeables

 

Quid des bénéfices de l’IA ? Dans de nombreux domaines, notamment dans le monde médical, l’IA est plus qu’indispensable. Chirurgie, identification des mélanomes, identification des symptômes, scanners… l’IA est déjà partout. Plus rapide, plus performante, même si elle nécessite parfois la présence d’un médecin, l’IA est devenue indispensable aujourd’hui. 

 

Prenez le secteur automobile. Les voitures autonomes sont déjà testées sur des circuits. Ce n'est qu’une question de temps avant qu’elles ne débarquent sur le marché. 

 

Un monde sans IA ne peut se concevoir aujourd’hui. Cependant, le terme "intelligence" semble inadapté. L’IA n’a pas de conscience, et ne répond pas à la définition même de l’intelligence, i.e la capacité à s’adapter en toute situation. Si elle dépasse l’homme dans certains domaines en terme de puissance de calcul, elle n'est pas encore capable de prendre de décision. Elle se fonde sur son propre apprentissage, apprentissage qui échappe à la compréhension de l’homme. Nous savons pourquoi elle fonctionne, mais pas comment elle fonctionne. 

 

 

La théorie du Basilic

 

Que doit-on faire, craindre ou accueillir à bras ouverts l’IA ? Parlons donc un peu de la théorie du Basilic de Roko. Certains scientifiques et chercheurs sont persuadés de l’existence future du Basilic. Ce dernier est supposé être la consécration de l’IA. Le Basilic est donc une IA qui n’existe pas encore, mais qui est amenée à exister dans le futur. La particularité de cette IA est qu’elle récompensera ceux qui ont aidé à son développement, et qu’elle punira ceux qui auront tenté de ralentir, voire de nuire, à son élaboration. Ainsi, plusieurs scientifiques, programmeurs et chercheurs sont-ils persuadés qu’ils doivent aider à la création de cette IA dans l’unique but d'être récompensé. Cette théorie, en plus d'être déterministe, a de quoi faire peur. Impossible d’échapper au Basilic ! Si vous étiez un scientifique, que feriez vous ?